Nb connecté(s) 1

Mise à jour
01 février 2018

SURPOPULATION

 

Le Soleil
se lève
à l'Est

Mariage pour tous:
Le point de vue
des Français

CRISE FINANCIÈRE

Après l'Irlande,
le FESF et le FMI s'intéressent
à la FRANCE.


Pourquoi la France serait-elle épargnée par les agences de notation financière?
Sa dette réelle s'élève à 1700 milliards? Tous les comptes sont trafiqués, comme le reste?

lire ici

Christine Lagarde
sur France Inter
"La France est un pays à risque..."
lire ici

Notation financière

LES RAS-LE-BOL

MOYEN ORIENT

texte ici

 

DISCRIMINATION
ANTI FRANÇAISE

 

POLÉMIQUES

DÉFENSE NATIONALE

ENSEIGNEMENT

SANTÉ PUBLIQUE

POLITIQUE ÉTRANGÈRE

LETTRES OUVERTES
AU PRÉSIDENT
DE LA RÉPUBLIQUE

LES CURIOSITÉS
DE LA
PENSÉE UNIQUE

CONSTATS

LA NATION
SOUVERAINE

les 5 piliers
de la
DÉMOCRATIE
VÉRITABLE

CARICATURES

CONQUÊTE

ÉCONOMIE
MONDIALE


Les Agences de Notation Financière sont les instruments de pouvoir de l'Élite Financière Internationale Cosmopolite pour détruire les états et mettre en place le

Nouvel Ordre Mondial



Un fonds pour les pays sans fonds ?
Mais d'où vient l'argent?
Lire ici

 

RÉVOLUTION

180 propositions pour la FRANCE


RÉVOLUTION 2012

JUSTICE

NE NOUS
LAISSONS
PAS FAIRE


lire ici

DOSSIER 9/11

Visionner le diaporama
et lire le dossier
ici

 

IDENTITÉ NATIONALE

Et si nous faisions comme la SUISSE ?



SUJETS SENSIBLES

Le cas Thilo SARRAZIN


à propos de son ouvrage:
"L'Allemagne court
à sa perte".

Lire ici


lire la lettre
ici

 

UN SITE PARTICULIER

L'ISLAMISATION DE LA FRANCE


Le droit international reconnait la notion de territoire occupée que d'un point de vue militaire seulement. A partir du moment ou les populations immigrées ont obtenu pacifiquement la légalisation de leurs installations dans un pays ou une nation quelconque, elles ne peuvent donc pas être assimilée à des forces militaires d'occupation.
Suivez la flèche

Islamisation et déclin de la FRANCE
Interview d'un officier de renseignement d'un pays étranger:

lire l'article
lien.jpg



L'Europe a atteint un sommet unique de paix et de prospérité et, simultanément, un degré inégalé d'incapacité à subsister. Un démographe, Wolfgang Lutz, relève qu'«il ne s'est jamais produit d'inertie démographique négative à grande échelle dans l'histoire de l'humanité jusqu'à présent». Est-il inévitable que la société la plus brillante soit également la première à risquer de s'effondrer par manque d'aplomb culturel et de progéniture? Ironiquement, le fait de créer un endroit extrêmement agréable à vivre semble constituer aussi une recette de suicide. La Comédie humaine se poursuit.
Visiter son site

OUVRAGES IMPORTANTS


Plus de détails

 

H1N1, l'escroquerie de la pandémie continue.

Question: Vous appelez, Docteur Girard, les professionnels de la santé à la désobéissance civique, Pourquoi allez-vous jusque là ?

Dr Girard: Alors là, je crois que c'est un scandale qui doit être médiatisé à sa juste mesure.. C'est la première fois, à ma connaissance, que la force publique est requise pour aller au bout d'une histoire pharmaceutique et aider à écouler des stocks qui ont été acquis au terme d'un processus absolument atterrant ou il est difficile de faire la part de l'incompétence et de la corruption.


25/10/2009.



mise à jour 2009-09-08

Ça y est enfin, les vérités sur la supposée pandémie de la « grippette A » (selon le professeur Bernard DEBRÉ) commencent à percer. Tout du moins dans les médias sérieux. Car ailleurs, la chape de plomb maintenue sur cette  obscure affaire par la collusion de l’Organisation Mondiale de>, des grands groupes pharmaceutiques multinationaux, des médias et des politiciens peu responsables continue et avec le concours évidemment du gouvernement français qui continue de diffuser des mensonges à grande échelle..

A tel point que je n’entends diffusée nulle part cette vérité scientifique que pour qu’une pandémie virale puisse voir le jour, il faudrait un vecteur commun à tous les continents comme les sont pour les régions tropicales les moustiques de types Aedes pour la fièvre jaune et le paludisme (parasitose). Ce qui n’est pas le cas, loin s’en faut, sur toute la planète compte tenu des disparités climatiques, car il faut un climat tropical, chaud et humide pour que ces larves de moustiques puissent se développer.

En résumé donc, à défaut donc d’un vecteur mondial, le virus de la grippe A est par nature condamné à se propager sur des portions de territoires limitées que sont les épidémies. Car une fois expectoré, le virus, qui ne peut pas survivre  en dehors d’une cellule infectée, meurt rapidement et sa propagation ne peut se faire que par contacts très rapprochés que sont les bisous et autres baisers. Une circulaire de l’État Français auprès des infirmières libérales préconise une distance de

Ce qui est plus grave c’est la soumission inconditionnelle de la France aux recommandations de l’OMS qui s’exprime par la précipitation insensée avec laquelle son gouvernement  a mis en place une politique de contre attaque sanitaire : mobilisation générale de personnels médicaux hospitaliers comme libéraux,  promulgation de règles strictes,  tentative de provoquer un réflexe sanitaire inconsidéré à travers une panique dans les populations les moins informées grâce aux propagandes proférées par des média audiovisuels serviles et enfin, cerise sur le gâteau, fabrication accélérée d’un vaccin en vue d’une grande campagne de vaccination.

On sait maintenant, selon des sources très sérieuses comme le Magazine de la Santé ou  l’émission C dans l’Air de France V, grâce à diverses déclarations de professeurs de médecine ou d’experts en épidémiologie, que d’une part que le vaccin contre la grippe A présente un grand danger d’effets secondaires très sérieux (plus de mille cas aux USA dont les autorités ont arrêté la vaccination massive), et d’autres part que les conditions de sa fabrication, qualifiées d’ahurissantes par les experts, suscitent les inquiétudes les plus vives et suggèrent que des complications beaucoup plus graves peuvent surgir par des contaminations internes aux laboratoires fabricants. D’autant que l’immunité juridique accordée aux laboratoires et l’autorisation précipitée de mise sur le marché confortent les suspicions de manipulation mentale tout en nourrissant les fantasmes les plus fous de génocide organisé ou de complot du Nouvel Ordre Mondial.

Enfin, en gardant cette information pour la bonne bouche, beaucoup d’infections attribuées hâtivement par les autorités sanitaires françaises au virus H1N1 ne sont pas du tout avérées scientifiquement et de nombreuses fermetures d’établissement, de classes scolaires ou de lieux publics ne sont là que pour entretenir artificiellement la panique et tenter de justifier les dépenses sanitaires supplémentaires qui viendront s’ajouter à la dette publique française déjà énorme.

En résumé, nous pouvons affirmer que le virus de la grippe A sert avant tout de révélateur sur une dérive démocratique qui s’apparente énormément à une décadence dans le fonctionnement de la République.

Comme toujours dans tous les évènements intenses qui surviennent dans ce  bas monde (cruel), nous déplorons déjà des victimes (hélas c’est inévitable), des perdants (toujours les mêmes: les contribuables) et des gagnants (les industries privées).

Notre monde d’aujourd’hui a perdu le sens de l’équilibre et sombre rapidement dans tous les excès comme autant de signes que l’humanité à perdu le contrôle de son destin.

Une seule recommandation s’impose cependant : ne vous laissez pas vacciner.

 

Enfin, pour clore ce sujet de la pandémie impossible, il faut évoquer toute la propagande organisée autour de la grippe aviaire, le fameux virus H5N1, et qui a été un flop retentissant. En effet ce virus très spécial quant à sa composition génétique, disposait lui d’un vecteur planétaire potentiel avec ses victimes à travers les migrations intercontinentales de nombreuses espèces d’oiseaux.
Malheureusement, ces « vecteurs » éprouvaient quelques difficultés à se contaminer entre eux par simple contact. Toujours pour la même raison.
Et si le virus aviaire a réussi à rendre malades certains humains, c’est au cours de circonstances exceptionnelles comme la température de l’air et l’hygrométrie auxquelles il faut ajouter des conditions sanitaires de vie peu reluisantes. Conditions qu’on ne retrouve pas sur les autres continents et surtout pas dans les pays européens mais au contraire ressemblent ce qui doit exister au Mexique, pays d’origine de la grippe porcine.
En fait, sur les continents,  les quelques oiseaux retrouvés infectés se limitaient à des prédateurs ayant eu des rapports très étroits avec leurs proies.
Pourtant à cette époque, les gouvernements avaient édicté des mesures de confinement contraignantes à l’encontre des éleveurs de volailles et provoqué volontairement ou non une psychose parmi les populations les moins informées.

Comme l’écrit Jacques ATTALI, l’humanité est dépassée par les systèmes qu’elle a mis en place, lesquels sont en faillite. Nous assistons à la fin du libéralisme qui s’est emparé de l’économie de marché mondiale. Mais en outre, la vie des humains est lourdement menacée par la surpopulation et ce phénomène intègre maintenant à peine les consciences individuelles comme collectives.

Mais il faut bien considérer, si on se réfère à ce qui se passe maintenant au États-Unis d’Amérique, que les peuples ne sont pas encore acquis à l’émergence d’une économie solidaire comme c’était le cas en Europe jusqu’à sa soumission à l’ultra libéralisme mondial. Ultra libéralisme qui s’est manifesté par la destruction des états-providence et de leurs services publics. Barak OBAMA est aujourd’hui représenté en Hitler simplement par ce qu’il veut instaurer un régime de santé publique. Assimiler une politique solidaire à du nazisme ne laisse rien présager de bon pour l’avenir des humains.
Sans aller chercher la paranoïa dans les théories de complot sur des sociétés secrètes imaginaires ou non, la mondialisation de l’économie suggère que des groupes internationaux se sont constitués autour des grands patrons de sociétés multinationales dont le but est de tenter par tous les moyens de maintenir un système économique qui a fait leurs richesses

Notre monde fonctionne maintenant sous les contrôles d’organisations mondiales que sont l’OMC et l’OMS, elles mêmes sous le contrôle du grand capital et des financiers ultralibéraux qui pratiquent sur elles un lobbying intensifs par le biais des financements des campagnes électorales des candidats dans des élections soit disant démocratiques.

La campagne de propagande ourdie par l’OMS prenant comme prétexte la pandémie supposée d’une grippe A bénigne, très bénigne, ressemble à s’y méprendre à une tentative de manipulation mentale à l’échelon mondial.

Cette campagne s’appuie sur le carriérisme des politiciens de tous bords, et c’est bien de que vient le drame.

Le 16 juillet 2009, sur la radio publique France Inter, la manipulation des esprits sur la grippe A dont le responsable est le virus H1N1 non seulement semble avérée mais continue de plus belle. Les déclarations de la directrice générale de l’Institut de veille sanitaire Françoise WEBER peuvent laisser perplexe les esprits aigus. En effet, il semble qu’il y ait une discordance entre la bénignité reconnue de cette grippe qui se guérit comme toutes les autres et les mesures gouvernementales exercées à grands bruits médiatiques autour d’un virus dont le seul tord, par rapport à ses collègues, serait qu’il se propage beaucoup plus vite.

Mais pour les simples citoyens que nous sommes se pose cette question: pourquoi entreprendre une campagne de vaccination pour une grippe si peu dangereuse qu’elle n’a fait ç ce jour aucune victime en France ?

Bien sûr le milieu médical est au dessus de tout soupçon. Irréprochable, puisqu’on vous le dit§ Les médecins sont particulièrement honnêtes et en tout cas plus que les citoyens ordinaires, comme vous et moi, et qu’il n’y a aucune raison de mettre en doute leurs assertions. Même s’il est évident que lorsque ces médecins briguent des responsabilités administratives, ils ne subissent aucune pression des politiciens lors de leur recrutement. Soyons certains que Roselyne  BACHELOT, docteur en pharmacie et ministre de la santé, fait passer sa conscience professionnelle avant sa carrière politique, donc qu’elle n’hésitera pas à mettre en jeu son avenir politique en cas de conflit grave entre ses convictions professionnelles et la nécessité de préserver les intérêts de l’Etat. Le même crédit doit être accordé à tous les responsables de l’administration centrale comme à celles et ceux des grands groupes pharmaceutiques. Tout le monde est au dessus de tout soupçon, puisqu’on vous le dit.

Cependant il subsiste quelques doutes sérieux et il convient de commenter des déclarations comme celles de Françoise Weber ce matin sur les ondes de France Inter, qui recommande, en cas de contagion, entre autres mesures prophylactiques de fuir tout rassemblement. Dans ces propos il faut comprendre que seuls les rassemblements festifs sont concernés, comme les boites de nuit, les bals populaires et les festivals et tout récemment les colonies de vacances en métropole. Ce qui revient à dire qu’en vacances, nous risquons une contamination foudroyante d’une grippe bénigne si nous nous regroupons pour faire la fête.

Oui mais, tous les rassemblements ne sont pas festifs, loin s’en faut. En ce moment la puissance publique est confrontée à de nombreux rassemblements hostiles dans les banlieues, mais également dans les entreprises qui délocalisent. Et alors voilà, ce que le gouvernement n’osait pas espérer, le virus H1N1 le fera pacifiquement. Surtout, ne vous regroupez pas, restez chez vous, ne manifestez pas, malheureux !  Vous risquez d’attraper la grippe A. Pas besoin de décréter des mesures gouvernementales impopulaires comme les lois martiales ou le couvre-feu.

Il y a-t-l corrélation entre les prévisions sociales pessimistes des politiciens et cette propagande stupéfiante sur cette supposée pandémie du H1N1 ? C’est audacieux, certes, mais on ne peut pas l’exclure.

Car tout se faire opportunément naturellement. Alors pourquoi se priver d’une solution naturelle ?
Naturelle ?
Pas si sûr !
L’étude de la combinaison du génome de H1N1 laisse perplexe : mélange de virus de la grippe aviaire, du virus de la grippe porcine, et d’un virus de la grippe humaine.
Nous savons que la vie dans ce monde est hostile, mais quand même. Si cette combinaison de gènes est naturelle, alors non seulement la vie sur Terre est sévère, mais là, elle devient carrément méchante.
Encore que là, elle a raté son coup, la Nature. Tout au moins en ce qui concerne le peuple français, immunisé. Il est vrai que celui-ci a été également protégé contre le nuage radioactif de Tchernobyl qui a eu la gentillesse de longer la frontière. On vous le dit !
Drôle de coïncidence tout de même, qu’aucun journaliste ne relève. Je dois à la vérité de dire que l’animateur de l’émission de France Inter, Pierre Weil a osé exprimer quelques doutes. Mais on ne s’oppose pas à l’infaillibilité de la médecine officielle.
Il faut rapprocher ces mesures prophylactiques imposées dans la vie civile avec celles qui prévalent dans les hôpitaux pour lutter contre les maladies nosocomiales et qui sont drastiques.
C’est grave docteur ?
Oui c’est grave.
Cela constitue une manipulation mentale des masses comme jamais nous l’avons connue dans nos pays occidentaux depuis la séparation de l’état avec les croyances religieuses.
Car chacun sait que nous sommes en permanence au contact des germes et des virus et c’est une chance car ces contacts permanents rendent les corps humains plus résistants, et, que de toute façon on ne pourra transformer notre biotope en chambre stérile, que nous n’aurons pas toujours des lavabos disponibles à proximité pour nous laver les mains
et que de toute façon ce sera trop tard : le mal sera fait. D’ailleurs une vie aseptisée rendrait les hommes plus vulnérables aux épidémies et aux infections. C’est d’ailleurs peut-être ce que l’on cherche. Car ne dit-on pas que les humains deviennent trop nombreux sur notre planète ?
Alors pourquoi tout ce manège autour d’un virus si peu redoutable ?
Pour répondre à cette question, il faut rapprocher l’action sanitaire des gouvernements avec le rôle de l’Organisation Mondiale de la Santé (qui joue le même rôle à la santé ce que L’OMC, Organisation Mondiale du Commerce sur l’économie, c'est-à-dire déstructurer les services  publics des nations)  qui veut mettre sous sa coupe les services de santé des nations indépendantes. L’OMC est elle-même sous la pression des multinationales pharmaceutiques. Au début je croyais que l’OMC prônait ces mesures pour sauver une économie pharmaceutique en crise. Mais en fait il est possible que les enjeux  politiques aillent beaucoup plus loin.
En effet, selon certains écrivains comme Jean Montaldo dans son ouvrage « Lettre ouverte aux Bandits de la Finance », la crise financière est loin d’être terminée et l’humanité doit s’attendre  à une crise tellement horrible que des millions de gens se retrouveront bientôt sans ressources. Car selon lui, les bilans des banques sont truqués par la titrisation des sub-primes, c'est-à-dire des crédits à haut risque. Titrisations qui sont autant de bombes à retardement.
Et alors les rassemblements populaires se multiplieront, les coups d’états deviendront à haut risque permanent et le chaos économique s’installera pour un certain temps sur la planète entière.
Comment alors assurer la paix sociale, si chère aux gouvernements que ces derniers sont prêts à toutes les compromissions possibles et imaginables pour parer au pire. Il est déplorable que nos politiciens soient sous la coupe des financiers qui ont pratiqué un lobbying si puissant et intensif que pratiquement tous les responsables politiques de la planète sont, au pire  corrompus, au mieux, simplement compromis. I
Opportunément, rien de tel qu’une menace de pandémie pour calmer les esprits échauffés par la misère. Et il serait stupide de ne pas utiliser de telles coïncidences.
Ce qu’il conviendrait de déterminer c’est à quel point le milieu médical devient un complice volontaire de l’état ou savoir s’il est lui-même manipulé par le grand capital.
Peuples du monde, tenez vous à carreau, vous êtes gravement menacés. Evitez tous les rassemblements, ne discutez pas, tout le monde sera vacciné… et surveillé forcément, et tout restera dans l’ordre.
 
Si vous êtes persuadés que ces propos relèvent de la folie, de la paranoïa liée à la théorie du complot mondial qui sévit sur certains sites web, alors tentez objectivement de rassembler des évènements épars, qui en apparence n’ont aucun lien entre eux, et faites surgir les incohérences de la propagande sanitaire diffusée largement autour du virus H1N1 sans esprit critique émis du moindre journaliste. Propagande sans contradiction.
 
Dans les hautes sphères administratives et économiques, les interconnections sont nombreuses. Surtout en France ou toutes les administrations et beaucoup d’entreprises privées sont dirigées par des responsables appartenant tous ou presque tous à une communauté très soudée que sont les énarques. Lesquels appartiennent souvent à des clubs de réflexion politique très discrets mais très courtisés par le grand capital international.
Dans le monde, il existe des groupes de réflexion  internationaux comme celui dit de Bilderberg, rassemblant l’ensemble des grands capitalistes de la planète et qui tente par un lobbying actif et efficace d’influer sur les programmes politiques de toutes les nations, elles aussi en apparence indépendantes, mais toutes liées par le même souci du développement économique et de la politique de l’emploi. On pourrait également s’interroger sur le court séjour de Nicola SARKOZY dans les  Etats-Unis d’Amérique au début de son quinquénat. N’aurait-il pas essayé d’entrer dans le cercle très fermé des Grands de ce monde ? Allez savoir ?
 
L’heure est grave. Et il vaudrait mieux pour tous que je n’ai pas raison. Il ne peut pas être raisonnable d’évacuer l’idée que nous sommes manipulés par le gouvernement de Mr SARKOZY pour les mêmes objectifs de rechercher la paix sociale, alors que l’on sait que la dette publique explose, que la France n’est pas à l’abri d’un déclassement sur ses capacités de remboursement et donc menacée gravement de faillite. Pour vous en persuader, procurez vous immédiatement de l’ouvrage de Jean ROUX (un autre Jean) intitulé «  La grande Braderie du Patrimoine Français. ». Vous saurez alors que le président SARKOZY ne dispose d’aucune marge de manœuvre pour nous sortir de la crise.
 
A défaut d’être opportune, la « pandémie » annoncée de la grippe A présente l’énorme avantage de détourner les esprits chagrins de la très grave crise économique qui sévit sur toute la planète et qui ne peut que s’amplifier jusqu’à la fin du libéralisme qui aura terminé son cycle de vie.
 Tout cela ne présage rien de bon. La façon dont est traitée la supposée pandémie de grippe A est révélatrice de quelque chose de pas sain.
Soit le monde est entré dans la déraison, et ce serait alors un moindre drame.
Soit il existe une vaste conspiration mondiale du grand capital qui n’agit que dans le seul but de préserver leurs intérêts personnels et nous devons nous préparer au PIRE.
Pour un esprit lucide, rien ne peut être rationnellement exclu tellement la situation mondiale est devenue complexe.
Car il existe une sorte de paranoïa qui circule intensément sur la toile et contre laquelle je me suis longtemps insurgé, qui affirme que l’humanité est en fait manipulée par une oligarchie mondiale qui regroupe les milliardaires de toute la planète et certainement  quelques personnalités politiques influentes  qui agissent pour sauvegarder leurs intérêts. Financiers, cela va de soi, dont la crise pourrait venir à bout du libéralisme, mais il apparaît que pourraient surgir d’autres intérêts comme leur propre survie à des cataclysmes
·                                 naturels liés à des évènements cosmiques comme l’illustre la création d’une sorte de coffre fort en béton dans l’île norvégienne de Svallborg pour sauvegarder les graines et la flore de la Terre financé par les fondations Bill Gates et Rockfeller. Ce qui laisse à penser qu’ils ont des informations confidentielles à ce sujet sur une menace sérieuse concernant notre planète.
 
·                                 Où artificiels comme le seront les dérèglements climatiques provoqués par les rejets des consommations des humains.
 
Justement, un de ces cataclysmes artificiels plus que probable réside dans le phénomène de surpopulation qui risque de rendre la vie sur terre très pénible, emplie de conflits entre les nations et les peuples pour s’accaparer les ressources de la planète devenant soudainement maigres. Il n’est que de citer l’eau potable déjà rare dans de nombreux continents ou de nombreux humains n’ont plus la jouissance. De surcroit il faut ajouter que juste avant la crise financière qui masquait le début de récession mondiale de l’économie, certains cours de matières premières s’envolaient comme celui du minerai de fer qui aurait rendu ce métal aussi précieux que l’or si sa courbe de progression ne s’était pas infléchie subitement. L’autre cataclysme artificiel, celui là financier, n’a pas pu être évité et l’oligarchie mondiale doit être dans tous ses états.
Il n’en est donc que plus vrai, que tout ce battage médiatique autour d’une grippe bénigne, et considérant les arguments avancés par le milieu médical d’expliquer les mesures énormes prises contre une grippe bénigne laissent de plus en plus perplexe.
D’autant que le 24 juillet à 17 heures les hôpitaux ont été prévenus qu’ils étaient susceptibles d’être mis état d’alerte maximum rapidement, que le personnel médical pourrait être réquisitionné et vacciné  en priorité (mot signifiant en fait d’office car quel médecin ou infirmière refuserait de se faire vacciner étant en première ligne ?) en cas de pandémie pour l’instant non réellement avérée.
Comme si le virus bénin pouvait se transformer soudainement en vecteur de mort.
Et en plus, de source absolument sûre, certaines chaînes nationales d’hôtels ont été réquisitionnés par l’état pour on ne sait trop quoi faire.
Il y a un argument frappant qui a été véhiculé par les médias (vous pourrez vérifier) c’est que la campagne de vaccination prévue pour septembre en France se focalisera essentiellement sur les jeunes, les moins de 24 ans qui n’ont pas assez vécu pour que leurs systèmes immunitaires soit efficace contre une pandémie jusque là bénigne.
Or, si le virus mutait, il y a toutes les qu’il ne garderait pas les mêmes antigènes prévus par la vaccination et donc ne serait pas reconnu par le vaccin. Car une mutation du virus opérerait également sur ses antigènes et c’est cela qui est incompréhensible, pourquoi ne le dit-on pas.
A quoi sert-il de vacciner contre la grippe A si c’est la grippe B qui déboule ?
Sauf si la mutation n’était pas naturelle mais opérée en laboratoire en incluant un gène mortel tout en gardant la même signature antigénique. Dans ce cas effectivement, seuls les vieux mourraient donnant un espoir de vie meilleure aux jeunes survivants. Et tout devient subitement logique.
D’une certaine façon tant mieux et votre serviteur de 61 ans a assez vécu, eu une existence suffisamment heureuse pour passer la main, mais ce qui est insupportable c’est de penser que des millions voire des milliards de gens mourront sans savoir pourquoi.
A l’aune des informations dont nous disposons, l’attitude des organisations mondiales parait hallucinante sauf si on l’intègre dans une vaste campagne de réduction de la population humaine sur la Terre suggérée dans un complot organisé à l’échelon mondial.
D’ailleurs la théorie du complot mondial a servi de thème à un polar américain récent, écrit par Patrick GRAHAM qui raconte l’aventure d’un agent, Marie PARKS, profileuse et médium du FBI qui entend l’appel d’une petite fille Holly coincée dans un stade de la Nouvelle Orléans ou la population s’est réfugiée de l’ouragan. Bien qu’elle soit elle-même brisée par la vie, elle va trouver la force de lutter contre la Terre entière pour anéantir les projets d’une fondation à l’américaine privée regroupant de nombreux milliardaires et de personnage influent gérée par un directeur fou qui veut contaminer l’humanité à l’aide d’un virus qu’il a mis au point et dont l’antidote se trouverait dans des textes anciens trouvés par hasard dans des grottes. L’ouvrage oscille entre la fiction paranormale et la réalité de la société moderne mais contient deux niveaux de lecture suivant les sensibilités des lecteurs. Tout cela pour inciter à lire attentivement le passage du roman transcrit ci-dessous.
 
Présentation de l’extrait. Marie Parks, agent spécial, retrouve un scientifique planqué dans un hospice et protégé par le FBI.  Elle a besoin de son témoignage pour poursuivre sa mission.
 
Marie revient lentement vers le lit. La tête du vieux professeur retombe sur son oreiller. Il ruisselle de sueur.
- vous vous rendez compte, ma belle ?
- de quoi, mon beau ?
- J’ai passé 25 ans à me terrer pour essayer de vivre une journée de plus, et maintenant je vais me mettre à table, aucun tueur de la Fondation ne va se pointer pour me faire sauter la cervelle.
- Je vous écoute
Aschroft grimace sou le coup d’une poussée de douleur qui bande ses maigres muscles tandis qu’il tire sur ses sangles. Il se relâche doucement. Sa voix essoufflée s’élève dans la pénombre.
- Cela faisait des années qu’Angus travaillaient sur ces foutues inscriptions. C’était devenu une véritable obsession chez lui. A tel point que même son appartement à la base était tapissé de signes et de reproduction des fresques. Il les avait assemblées selon toutes les combinaisons possibles. Il avait étudié des dizaines d’ouvrages de sémantique, de cryptologie et de linguistique sur les langages les plus anciens. Un gigantesque puzzle qui l’avait fait revenir aux origines de la pensée humaine.. je pense que, peu à peu, il a réussi à raisonner comme les êtres qui avaient tracé ces signes. C’est comme cela qu’il a compris.
- Qu’il a compris quoi ?
- Au tout début des années 1980, le département de décryptage de la Fondation avait décrypté les trois quarts du code. Nous savions que ces signes racontaient une histoire mais tout était très imagé et difficile à cerner. Nous avions aussi découvert qu’une partie du message  ressemblait à un avertissement, quelque chose qui était censé mettre ne garde l’humanité contre un évènement qui s’était produit et qui allait se répéter. Une grande extinction.
-  Vous voulez dire, comme pour les dinosaures ?
- Non, les cataclysmes qui ont frappé les dinosaures ou les océans du Cambrien étaient d’origine naturelle : des météorites, des éruptions volcaniques  massives ou des modifications climatiques. Là, c’était autre chose. Un ravage provoqué par l’homme.
- Une épidémie ?
- C’est ce que nous pensions au début, mais Angus a fini par découvrir que ce message dissimulait quelque chose de beaucoup plus grave. Quelque chose qui ne mettait pas seulement en danger l’humanité mais l’univers tout entier. C’était derrière les autres signes. Il suffisait de les assembler.
- Quels autres signes ?
- En 1980, Angus a commencé à s’intéresser aux signes géants que l’humanité avait découverts au XXe siècle grâce à l’invention de l’aviation. Comme si ceux qui les avaient tracés avaient voulu qu’on les aperçoive que lorsque nous aurions atteint le degré d’évolution qui nous permettrait de les comprendre. Des signes tellement grands que certains ne sont visibles que sur des clichés satellites. Ces symboles, dispersés à travers le monde, comme ceux laissés par les Indiens Mound Builders ou les Nazcas, sont encore des mystères pour les scientifiques. On sait seulement qu’ils ont été tracés en des temps immémoriaux par des civilisations qui ont brutalement disparu sans laisser d’autres traces derrière elles. Des civilisations si évoluées qu’elles avaient prévu qu’on allait inventer l’aviation. Vous rendez-vous compte de ça, Parks ? Est-ce que vous vous rendre compte de ce que cela signifie ?
- Calmez-vous, Aschroft.
La respiration du vieillard siffle dans l’obscurité.
- Angus avait fini par repérer des  reproductions miniatures de ces signes parmi les inscriptions des grottes - sanctuaires. Ca lui crevait les yeux depuis des années. Alors il en a étudié la dispersion géographique et il s’est rendu compte que l’ensemble donnait brusquement un sens aux inscriptions. Ceux qui les avaient gravés disaient qu’un ennemi avait failli les détruire presque entièrement. A l’époque, ils formaient 7 tribus protégées par 7 vieilles femmes qu’ils appelaient des Révérendes. Après la dernière grande attaque de la préhistoire, toutes les Révérendes avaient été tuées par l’Ennemi, à l’exception d’une seule. D’après les inscriptions, une femme très jeune avait elle aussi survécu , une élue répondant au nom de Neera qui avait récupéré les pouvoirs des Révérendes avant que les survivants ne se séparent à nouveau en 7 tribus qui avaient pris 7 directions différentes. Ce sont les descendants de ces 7 tribus qui ont érigé les signes géants à travers la planète, avant de s’éteindre ou de disparaître peu à peu dans la masse des êtres humains. Angus s’était rendu compte que tous ces signes formaient une sorte de code dans le code. Je crois que c’est à ce moment là qu’il a compris que les inscriptions laissées dans les grottes n’étaient peut-être pas un avertissement, mais plutôt un message secret destiné aux autres tribus. Une sorte de prophétie.
- C’est ça que contenait le dossier d’ Angus ?
- Ça et autre chose.
- Quoi donc ?
- Donnez-moi à boire.
Parks s’empara d’un verre en plastique muni d’une paille qu’elle glisse entre les lèvres d’Ashcroft. Le scientifique aspire lentement quelques gorgées dd liquide vitaminé avant de retomber sur ses oreillers. Un râle s’échappe de sa gorge.
- Quoi d’autre, Ashcroft ? Qu’est-ce que conteanit ce fouti dossier ?
- La faute de Dieu, agent spécial Parks.
- Rien que ça ?
- Savez-vous pourquoi, d’après les Ecritures ; les Archanges se sont révoltés ? Pourquoi le plus beau et le plus puissant d’entre eux est devenu Satan ?
- Par orgueil ?
- Non, Parks. Par jalousie. Comme des grands frères furieux que le petit dernier reçoive tous les cadeaux qu’ils n’ont pas eu. C’était ça, les Archanges : des grands frères. Ils ont aidé Dieu dans sa Création. Au début, ils l’ont même certainement trouvée touchante. Un peu comme une famille d’ingénieurs surdoués dont le grand-père se mettrait brusquement en tête de fabriquer une maquette grossière et si peu à la mesure de son talent. C’est ça qui s’est passé lors de la création du monde : quelque chose de profondément imparfait  que le vieux a appelé Homme et qu’il aurait dû détruire. Au lieu de cela, il a commis la grande faute, celle que tout créateur doit s’interdire de commettre : il est tombé amoureux de sa création. Vous comprenez ? Il est devenu comme le vieux Geppetto : un vieillard aigri qui se fabrique des jouets pour ne plus être seul. Alors les Archanges se sont révoltés. Et ils ont eu raison, Parks ! Foutre Dieu, ils ont eu raison !
- Qu’est-ce qu’il y avait d’autre dans le dossier d’Angus ?
- L’humain, la sombre conséquence de la faute de Dieu.
- C’est-à-dire ?
Une nouvelle vague de douleur crispe les muscles d’Ashcroft. Il gémit
- L’humain est le seul être vivant qui force son milieu à s’adapter à lui. Il n’a pas sa place ni son utilité dans la chaîne de la vie. Tout se passe comme si la nature avait commis une erreur dramatique qui lui aurait échappé. Une sorte de monstre. Une impasse. Une aberration de l’évolution qui aurait dû disparaître avec les grandes extinctions mais qui a continuer à proliférer et à se répandre. Angus avait compris que le Grand Ravage qui allait détruire l’humanité était inévitable parce qu’il allait naître de l’humanité elle-même. Il avait découvert que ceux qui avaient laissé ces inscriptions savaient qu’une poignée d’humains échapperaient à la catastrophe et
- qu’ils auraient atteint un niveau d’évolution suffisant pour répandre le mal ailleurs
- Le mal ? Mais de quel mal parlez-vous ?
- Je parle des humains, Parks. Je parle des cellules malades de l’univers. C’est ça qu’Angus avait compris en déchiffrant ce foutu code : le fait que le mal c’était nous, et que ce mal allait continuer à se répandre si on ne l’arrêtait pas.
- Vous voulez dire que le virus de Kassam ne serait pas le ravage annoncé ?
- Je dirais même qu’il est le seul antidote possible au véritable Grand Ravage. L’expiation du crime de Dieu. L’anéantissement de l’humanité pour protéger l’univers du cancer qui le menace. C’était ça le fameux ennemi des Révérendes dont les inscriptions parlaient : le système immunitaire de l’univers.
- Vous êtes complètement cinglé !
- Et vous, vous êtes naïve, Parks L’Humain est le prédateur absolu. Hormis quelques requins et quelques maladies ; il n’est la proie que de lui-même. C’est pour cela que nous avons inventé des guerres, les meurtres et la famine. Pour réguler la masse monstrueuse des humains. Malheureusement, depuis qu’Oppenheimer a inventé ses jouets mortels, les nations qui détiennent l’arme atomique n’osent pas s’en servir car elles savent que le feu nucléaire s’abattra sur elles à la seconde ou elles le déclencheront. L »annulation du facteur guerre. Depuis ça se répand. Des milliards de virus qui se multiplient sans cesse et qui épuisent l’organisme qu’ils contaminent, en l’occurrence la Terre. A ceci près, qu’à la différence des autres virus, l’homme a conscience de l’importance de l’organisme qu’il tue. C’est pour ça que nous commençons à penser à la nécessité de coloniser d’autres planètes. Regardez ce qui arrive, Parks. Nous voyageons déjà en direction de Mars, nous recherchons d’autres mondes habitables, nous raisonnons en terme d’infini. Dans l’inconscient collectif, nous nous amusons à nous faire peur en imaginant de méchants extraterrestres ultra -évolués qui nous surveilleraient de là-haut en attendant le meilleur moment pour nous envahir. Mais ce sont les extraterrestres que je plains, car, quand nous mettront la main sur eux, nous leur montreront ce qu’un vrai virus sait faire.
-  Vous voulez dire que le cancer humain se serait déjà produit ailleurs et qu’il serait entrain de se reproduire ici ?
-  Pourquoi pas ? Comment expliquer sinon, cet ADN si complexe que nous avons trouvé sur la momie du projet Manhattan ? Comment explique le degré d’évolution de cette espèce qui est censée nous protéger ?
- D’après Angus, elle aurait donc épuiser l’organisme précédent et nous regarderait épuiser le suivant en ce fixant pour mission de nous aider à survivre afin de contaminer le prochain, c’est ça ?
-   Ou alors, elle a subi elle-même la mutation génétique que nous nous apprêtons à subir et nous sommes en quelque sorte ce qu’ils étaient avant d’être contaminés. Les enfants de Dieu. Pourquoi pas ? Nous n’avons aucune preuve de cela, aucune réponse, juste des questions.
- Vous êtes encore plus siphonnés que je ne le pensais.
- Allons, Parks, vous avez juste à faire le choix de Dieu. Parlez-moi de cette fillette que vous prétendez vouloir sauver. Ce n’est pas votre fille, n’est-ce pas ?
- Non. Ses parents sont morts dans l’ouragan qui a ravagé La Nouvelle Orléans. Elle a été sauvée par des être dotés d’étranges pouvoirs mentaux. -         Est-ce qu’ils l’appellent « Mère » ou « Révérende » ?
- Oui.
- Est-ce qu’elle a été touchée par une vieille femme qui serait morte juste après ?
- Oui.
- Est-ce qu’elle a commencé à développer des pouvoirs anormaux ?
- Comment le savez-vous ?
-  Parce que tout est contenu dans les signes qu’Angus a déchiffrés. Parce que l’histoire recommence. On croit que c’est terminé, mais ça recommence. Les Gardiens savent que le sang de cette chose contient le seul antidote au virus que Kassam a mis au point. C’est pour cela qu’ils la protègent. D’où ma question, agent spécial Parks : allez vous commettre le crime de Dieu ? Allez-vous sauver l’humanité ou sauver l’univers ?
- Que feriez-vous à ma place ?
- A votre place ?
Un énorme sourire déforme les lèvres d’Ashcroft.
- A votre place, je retournerais vite auprès de cette abomination que vous appelez votre fille, je poserai un coussin sur sa tête et j’appuierais dessus jusqu’à ce qu’elle cesse de respirer.
- Je crois que j’en ai assez entendu pour aujourd’hui.
Marie s’est levée. Elle a posé la pompe à morphine dans la main d’Ashcroft. Elle recule vers la porte. Elle étouffe. Il faut qu’elle sorte au plus vite de cette chambre. Il faut qu’elle cesse de respirer ces odeurs de mort. Elle se bouche les oreilles pour ne plus entendre les quintes de rire qui s’échappent de la bouche d’Ashcroft. Le scientifique s’est redressé le plus possible en tirant sur ces sangles. Ses yeux se révulsent tandis que son corps décharné se tend à en faire craquer les articulations.
- Regardez-moi, agent spécial Parks ! Je suis à la fois le cancer qui ronge l’univers et l’univers rongé par le cancer ! Vous devez tuer cette chose avant qu’il ne soit trop tard, vous m’entendez ! Vous devez laver le crime de Dieu da      ns le sang de cette aberration.
Marie atteint la porte. Elle voit la main d’Ashcroft écraser la molette de la pompe à morphine. Il s’injecte la totalité du flacon. Il grimace. Il rit. Il étouffe, se crispe une dernière fois, puis se détend. Il a les yeux grands ouverts. De grands yeux vitreux qui fixent Marie dans la pénombre. Des yeux morts qui contemplent l’univers………Fin de l’extrait.
 La similitude entre cette fiction et tous les évènements autour de la grippa A est frappante. Qui a dit que souvent la fiction rejoint la réalité ?
Il serait temps de se réveiller. On dit toujours que tous les gouvernements de France profitent de la période estivale pour faire passer les pilules les plus amères, mais là, cette pilule est dure à avaler.
Bien évidemment il faut souhaiter que le pire n’arrive pas.
Et si pourtant le pire c’était justement que rien ne se passe et que la surpopulation humaine détruise complètement la vie sur notre planète 
Qu’en pensez-vous ?
Information de dernière minute, comme confirmattion.
En anglais mais vous traduirez.
The US Secretary of Health and Human Services, Kathleen Sebelius, has just signed a decree granting vaccine makers total legal immunity from any lawsuits that result from any new “Swine Flu” vaccine. Moreover, the $7 billion US Government fast-track program to rush vaccines onto the market in time for the Autumn flu season is being done without even normal safety testing. Is there another agenda at work in the official WHO hysteria campaign to declare so-called H1N1 virus—which has yet to be rigorously scientifically isolated, characterized and photographed with an electron microscope—the scientifically accepted procedure—a global “pandemic” threat?