On ne joue pas impunément avec les équilibres de la Nature.
Nb connecté(s) 1

Mise à jour
18 janvier 2018

SURPOPULATION

 

Le Soleil
se lève
à l'Est

Mariage pour tous:
Le point de vue
des Français

CRISE FINANCIÈRE

Après l'Irlande,
le FESF et le FMI s'intéressent
à la FRANCE.


Pourquoi la France serait-elle épargnée par les agences de notation financière?
Sa dette réelle s'élève à 1700 milliards? Tous les comptes sont trafiqués, comme le reste?

lire ici

Christine Lagarde
sur France Inter
"La France est un pays à risque..."
lire ici

Notation financière

LES RAS-LE-BOL

MOYEN ORIENT

texte ici

 

DISCRIMINATION
ANTI FRANÇAISE

 

POLÉMIQUES

DÉFENSE NATIONALE

ENSEIGNEMENT

SANTÉ PUBLIQUE

POLITIQUE ÉTRANGÈRE

LETTRES OUVERTES
AU PRÉSIDENT
DE LA RÉPUBLIQUE

LES CURIOSITÉS
DE LA
PENSÉE UNIQUE

CONSTATS

LA NATION
SOUVERAINE

les 5 piliers
de la
DÉMOCRATIE
VÉRITABLE

CARICATURES

CONQUÊTE

ÉCONOMIE
MONDIALE


Les Agences de Notation Financière sont les instruments de pouvoir de l'Élite Financière Internationale Cosmopolite pour détruire les états et mettre en place le

Nouvel Ordre Mondial



Un fonds pour les pays sans fonds ?
Mais d'où vient l'argent?
Lire ici

 

RÉVOLUTION

180 propositions pour la FRANCE


RÉVOLUTION 2012

JUSTICE

NE NOUS
LAISSONS
PAS FAIRE


lire ici

DOSSIER 9/11

Visionner le diaporama
et lire le dossier
ici

 

IDENTITÉ NATIONALE

Et si nous faisions comme la SUISSE ?



SUJETS SENSIBLES

Le cas Thilo SARRAZIN


à propos de son ouvrage:
"L'Allemagne court
à sa perte".

Lire ici


lire la lettre
ici

 

UN SITE PARTICULIER

L'ISLAMISATION DE LA FRANCE


Le droit international reconnait la notion de territoire occupée que d'un point de vue militaire seulement. A partir du moment ou les populations immigrées ont obtenu pacifiquement la légalisation de leurs installations dans un pays ou une nation quelconque, elles ne peuvent donc pas être assimilée à des forces militaires d'occupation.
Suivez la flèche

Islamisation et déclin de la FRANCE
Interview d'un officier de renseignement d'un pays étranger:

lire l'article
lien.jpg



L'Europe a atteint un sommet unique de paix et de prospérité et, simultanément, un degré inégalé d'incapacité à subsister. Un démographe, Wolfgang Lutz, relève qu'«il ne s'est jamais produit d'inertie démographique négative à grande échelle dans l'histoire de l'humanité jusqu'à présent». Est-il inévitable que la société la plus brillante soit également la première à risquer de s'effondrer par manque d'aplomb culturel et de progéniture? Ironiquement, le fait de créer un endroit extrêmement agréable à vivre semble constituer aussi une recette de suicide. La Comédie humaine se poursuit.
Visiter son site

OUVRAGES IMPORTANTS


Plus de détails

 

 

ILS COURENT TOUS APRÈS LA CROISSANCE

Eh oui c'est un fait avéré. C'est assez particulier, mais posons-nous cette question: Quel est le seul point commun qui existe entre tous les partis politiques, pourtant si différents les uns des autres et parfois totalement incompatibles entre eux?
La réponse est: la recherche de la croissance!

La croissance, panacée de l'économie libérale, portée aux nues par les idéologues mais qui tarde à revenir.

Un croissance dans laquelle tous les espoirs des Humains sont placés pour leur plus grand malheur. Des humains qui s'obstinent à rechercher une chimère et de ce fait vont se trouver plongés dans la misère, ou qui vont bientôt l'être.


pourquoi pas alors « Un adieu à la mondialisation » ?

La croissance devrait être pourtant considérée comme un paradis perdu. Tout le monde en a bien profité de la croissance. Les développements de nos sociétés industrielles ont permis un essor sans précédent des connaissances scientifiques, des progrès technologiques incroyables.

Mais tout cela c'est du passé. Il serait temps que les citoyens prennent conscience que la croissance économique a disparu pour des raisons fortes, objectives, mathématiques, imparables. Un phénomène inévitable qui aurait dû être prévu par les experts, intégré dans les spéculation des intellectuels et autres idéologues et les politiques conduites par les responsables de partis et figuré les programmes des autorités publiques et des élus. La croissance a définitvement disparu de notre avenir. C'est triste mais c'est comme cela. Il existe des paramètres objectifs qui indiquent cela, mais encore faut-il accepter de les regarder en face.

L'économie libérale bafouillle du fait de la disparition de la croissance.

Il y a quelques jours, je n'ai pas pu m'empêcher d'interpeller un candidat socialiste qui a malencontreusement installé sa permanence sur le trajet quotidien que je prends pour aller faire mes courses. Après avoir salué le militant qui était de permanence, je lui ai directement posé cette question:

- pardonnez moi, mais en tant que simple électeur qui désire avant tout comprendre comment fonctionne le PS, même si je ne suis pas de son bord, permettez-moi de vous poser cette question: Pour vous, les socialistes, la crise des subprimes est une cause ou une conséquence de la crise qui étreint l'économie mondiale?

Or il se trouve que le militant présent ce jour là était un élus socialiste au conseil général.
Comme vous le savez bien, les politiciens ne répondent jamais directement aux questions posées. La plupart du temps, par réflexe ou pour se donner le temps de réfléchir à une interrogation qui les surprend, les réponses aux questions, quand elles nous parviennent, ont suivi des chemins tortueux de leurs pensées. Ce n'est qu'au bout d'un moment certain, après voir itérer ma question, que j'ai enfin obtenu une réponse claire et pécise:

- "Oui, pour le Parti Socialiste, la crise des subprime est une cause!".

Cette réponse n'est pas anodine. Dans les esprits des socialistes, c'est la crise financière qui est responsable (non coupable?) de tous les malheurs qui plombent l'économie globale. Ce sont donc, dans l'esprit de l'ensemble de la Gauche, les banques qui sont les véritables responsables de la crise. Ce sont elles qui doivent participer à un nouvel effort pour relancer le développement économique. La Finance est l'ennemi désigné. françois Hollande l'a clamé lors de sa candidature à la présidence de la république.


Dans son programme économique Marine Le Pen devrait intégrer le fait qu'il n'y aura plus de croissance. C'est la raison pour laquelle, dans cette configaration économique très spéciale, l'État devra jouer un rôle bien au dessus de la simple stratégie.

Pourquoi pas d'ailleurs. Parce qu'à bien y réfléchir, si la Finance n'est pas responsable de la disparition de la croissance, elle va considérablement aggraver la situation économique des pays endettés par la spéculation boursière généralisée. Les tradeurs n'ont pas d'état d'âme. Ce sont des prédateurs qui saisissent toutes les faiblesses des humains pour s'enrichir. Il faudrait donc combattre l'oligarchie financière pour ce qu'elle vaut réellement, mais pas sur des considérations erronnées. Car le développement des activités bancaires est lui aussi stoppé par l'absence de croissance. A notre avis ce n'est pas dans cette direction qu'il faut chercher des causes à la récession économique.

Cette certitude des socialistes que la crise financière est une cause et non une conséquence explique pourquoi François "plan-plan" Hollande s'obstine à persuader les dirigeants des grands pays industrialisés de relancer la croissance par tous les moyens, y compris au prix d'un nouvel endettement des pays.

Hélas le président de la république n'est pas le seul à s'obstiner. D'autres politiciens nationaux suivent sa trace. François Fillon, Jean-François Copé, Jean-Luc Mélenchon (en faisant les poches des riches) et même Marine Le Pen entament la même incantation sur la relance de la croissance.

Il est évident que personne parmi les humains, tant parmi les dirigeants, les élites que dans le "petit" peuple, ne veut admettre que c'en est définitivement fini de la croissance, que l'économie mondiale est passée presque sans transition (en fait cette transition a été masquée par la crise financière) d'un marché en expansion à un marché de renouvellement. C'est tellement cruel de penser que dans l'idéologie libérale, l'arrêt de la croissance va entraîner tant de chômage, de misère, de rigueur, de restriction, et par dessus tout interdire les enrichissements spectaculaires des oligarques de l'économie libérale que, dans un consensus, général les humains préfèrent appliquer pour eux-mêmes la politique de l'autruche.

Pourtant la croissance se heurte à un mur immense, de la dimension d'un rempart d'une forteresse vraiment imprenable qui s'appelle saturation: maturité des marchés d'équipements et rétrécissement des espaces de développements disponibles tant géographique (la planète est si petite=raréfaction des terres à bâtir) que dans l'innovation technologique (développement de nouvelles niches de marché).

L'économie mondiale arrive à la fin d'un cycle, à la fin d'une période de développement facile des richesses.

Cependant, il est possible de vivre correctement dans une économique de renouvellement avec une croissance quasi-inexistente.
Mais cela exige:

  • un changement des mentalités par de nouvelles potivations que l'enrichissement personnel
  • un abandon de l'idéologie libérale
  • d'extraires les finances des États de l'emprise des banques (ordonnance Pompidou de 1973)
  • L'adoption d'une économie mixte avec délimitation de zones d'économie: une publique, étatisée, l'autre privée.
  • un nouvelle définition du rôle et la place de l'État dans le fonctionnement de la démocratie.
  • de juguler les effets pervers de la spéculation sur les denrées alimentaires et les matières premières.

CONCLUSION

L'économie mondiale entre donc de plain-pied dans une période de transition. Plutôt les humains auront compris les véritables enjeux d'un changement d'idéologie politique, plutôt ceux-ci pourront éviter le désastre de l'économie libérale annoncé.

Comme toujours, les Humains bénéficient de deux options d'évolution pour l'avenir:

  • une option selon la loi de Lamarck, en douceur par une adaptation consciente aux changements environnementaux(*)
  • une option selon la loi de Darwin, en force, en entrant d'une lutte obstinée contre ces changements environnementaux par application de la loi de la jungle.

 

(*) les changements environnementaux comprennent en outre:

  • le phénomène de surpopulation mondiale
  • Les déforstations
  • le rétrécissement des terre cultivables au profit des zones urbaines
  • la raréfaction des matières premières
  • le réchauffement climatique
  • la pollution sous toutes ses formes