Tout finit par arriver surtout le pire.
Nb connecté(s) 1

Mise à jour
01 février 2018

SURPOPULATION

 

Le Soleil
se lève
à l'Est

Mariage pour tous:
Le point de vue
des Français

CRISE FINANCIÈRE

Après l'Irlande,
le FESF et le FMI s'intéressent
à la FRANCE.


Pourquoi la France serait-elle épargnée par les agences de notation financière?
Sa dette réelle s'élève à 1700 milliards? Tous les comptes sont trafiqués, comme le reste?

lire ici

Christine Lagarde
sur France Inter
"La France est un pays à risque..."
lire ici

Notation financière

LES RAS-LE-BOL

MOYEN ORIENT

texte ici

 

DISCRIMINATION
ANTI FRANÇAISE

 

POLÉMIQUES

DÉFENSE NATIONALE

ENSEIGNEMENT

SANTÉ PUBLIQUE

POLITIQUE ÉTRANGÈRE

LETTRES OUVERTES
AU PRÉSIDENT
DE LA RÉPUBLIQUE

LES CURIOSITÉS
DE LA
PENSÉE UNIQUE

CONSTATS

LA NATION
SOUVERAINE

les 5 piliers
de la
DÉMOCRATIE
VÉRITABLE

CARICATURES

CONQUÊTE

ÉCONOMIE
MONDIALE


Les Agences de Notation Financière sont les instruments de pouvoir de l'Élite Financière Internationale Cosmopolite pour détruire les états et mettre en place le

Nouvel Ordre Mondial



Un fonds pour les pays sans fonds ?
Mais d'où vient l'argent?
Lire ici

 

RÉVOLUTION

180 propositions pour la FRANCE


RÉVOLUTION 2012

JUSTICE

NE NOUS
LAISSONS
PAS FAIRE


lire ici

DOSSIER 9/11

Visionner le diaporama
et lire le dossier
ici

 

IDENTITÉ NATIONALE

Et si nous faisions comme la SUISSE ?



SUJETS SENSIBLES

Le cas Thilo SARRAZIN


à propos de son ouvrage:
"L'Allemagne court
à sa perte".

Lire ici


lire la lettre
ici

 

UN SITE PARTICULIER

L'ISLAMISATION DE LA FRANCE


Le droit international reconnait la notion de territoire occupée que d'un point de vue militaire seulement. A partir du moment ou les populations immigrées ont obtenu pacifiquement la légalisation de leurs installations dans un pays ou une nation quelconque, elles ne peuvent donc pas être assimilée à des forces militaires d'occupation.
Suivez la flèche

Islamisation et déclin de la FRANCE
Interview d'un officier de renseignement d'un pays étranger:

lire l'article
lien.jpg



L'Europe a atteint un sommet unique de paix et de prospérité et, simultanément, un degré inégalé d'incapacité à subsister. Un démographe, Wolfgang Lutz, relève qu'«il ne s'est jamais produit d'inertie démographique négative à grande échelle dans l'histoire de l'humanité jusqu'à présent». Est-il inévitable que la société la plus brillante soit également la première à risquer de s'effondrer par manque d'aplomb culturel et de progéniture? Ironiquement, le fait de créer un endroit extrêmement agréable à vivre semble constituer aussi une recette de suicide. La Comédie humaine se poursuit.
Visiter son site

OUVRAGES IMPORTANTS


Plus de détails

 

 

MANIFESTE DES ÉCONOMISTES ATTERRÉS

4 décembre 2012

Notes du webmaster.



Pour une surprise, c'est une surprise.

En lisant ce manifeste, nous avons découvert qu'enfin nos idées commençaient à se propager. Nous ne sommes pourtant pas des universitaires diplômés en économie. Seuls, une observation attentive, une lecture analytique objective des évènements et un solide bon sens nous avaient conduits à dénoncer les fausses évidences exprimées dans le manifeste.

La manipulation des masses est une grande spécialité des experts en économie médiatiques, représentants de l'idéologie de l'économie libérale fomentée par les experts théoriciens (la fameuse école de Chicago) issus de l'oligarchie financière internationale.

Bien-sûr, personne dans ce site ne prédispose des capacités intellectuelles indispensables à l'écriture de textes compliqués et alambiqués dont sont si friands les universitaires et l'ensemble des intellectuels. Des élites qui aiment se distinguer de la masse dans un jargon très spécifique à travers duquel elles contemplent leur supériorité, voire leur mépris à l'égard de la grande masse populaire. Le discernement populaire a été abandonné pour une complexité dialectique, incompréhensible pour la majorité des gens, permettant de mieux les manipuler et les orienter dans la direction voulue par les élites.

Malheureusement pour cette caste, les résultats de leurs méfaits leur sautent aujourd'hui à la figure. Le bon sens populaire reprend peu à peu la place qu'il n'aurait jamais dû quitter.

Il nous paraissait évident que les économistes prônés par les médias n'étaient invités qu'en tant que prophêtes de l'idéologie libérale. L'oligarchie s'est depuis longtemps emparés des groupes de communication pour diffuser à un large public leur propagande. Au début, les électeurs lambda n'y ont vu que du feu. Désormais c'est terminé.

Aujourd'hui des économistes osent braver la dictature des intellectuels officiels pour tenter d'informer les masses populaires des odieux mensonges proférés par les castes dominantes. Encore ne le peuvent-il que grâce à internet en contournant la censure des média audiovisuels et de la presse écrite. C'est déjà un grand pas d'évolution que nous allons nous empresser de soutenir avec notre site agrémentés de nos commentaires.

 

 

CRISE ET DETTE EN EUROPE : 10 FAUSSES EVIDENCES, 22 MESURES EN DEBAT POUR SORTIR DE L’IMPASSE

Introduction

La reprise économique mondiale, permise par une injection colossale de dépenses publiques dans le circuit économique (des États-Unis à la Chine), est fragile mais réelle. Un seul continent reste en retrait, l’Europe. Retrouver le chemin de la croissance n’est plus sa priorité politique. Elle s’est engagée dans une autre voie : celle de la lutte contre les déficits publics. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires: La domination des banques et des marchés financiers est le succès d'un plan ourdi par les dysnasties fiancières juives et protestantes qui remonte à la fin du 19ème siècle. Le famueux traité constitutionnel refusé par le peuple français a été concocté par un émissaire de l'oligarchie financière internationale, l'ancien président de la république Valéry Giscard D'estaing, co-auteur de l'ordonnance Pompidou de 1973 obligeant l'État à emprunter aux banques privées. Par la suite l'ensemble de la classe politique européenne s'est empréssé de transformer le TCE en traité de Lisbonne. Dès lors, l'Europe a été placée sous la domination des marchés financiers.

Fausse évidence n°1 : les marchés financiers sont efficients
Aujourd’hui, un fait s’impose à tous les observateurs : le rôle primordial que jouent les marchés financiers dans le fonctionnement de l’économie. C’est là le résultat d’une longue évolution qui a débuté à la fin des années soixante-dix. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires:En fait la spéculation financière n'a que très peu d'incidence sur l'économie réelle. Les patrons des entreprises qui ne sont pas cotées en bourse ne réagissent qu' en fonction de leurs carnets de commandes. Or si ce commandent s'étiolent, l'entreprise est comdamnée à débaucher. Il conviendrat de s'interroger sur les causes réelles de la récession économique.

Fausse évidence n°2 : les marchés financiers sont favorables à la croissance économique.
L’intégration financière a porté le pouvoir de la finance à son zénith par le fait qu’elle unifie et centralise la propriété capitaliste à l’échelle mondiale. Désormais c’est elle qui détermine les normes de rentabilité exigées de l’ensemble des capitaux. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires: Selon nous,il est aisé comprendre que la spéculation financière est d'autant florissante que la croissance de l'économie réelle est soutenue. Les marchés financiers se nourrissent de la croissance des richesses produites. La crise dite des subprimes découle d'un début de récession économique aux États Unis.

Fausse évidence n° 3 : les marchés sont de bons juges de la solvabilité des États
Selon les tenants de l’efficience des marchés financiers, les opérateurs de marché prendraient en compte la situation objective des finances publiques pour évaluer le risque de de souscrire à un emprunt d’État. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires:En fait l'oligarchie financière interantionale a participé à la création des agences de notation parce que ce sont des armes redoutables contre les États souverains. Ces agences sont en apparance libres et concurrentes entre elles, mais c'est un artifice pour tromper les peuples. Toutes les agences de notation sont pilotées par les mêmes capitaux appartenant soit directement à l'oligarchie finacière ou soit à des prêtes-nom.

Fausse évidence n°4 : L'envolée des dettes publiques résulte d'un excès de dépenses
Michel Pébereau, l’un des « parrains » de la banque française, décrivait en 2005 dans l’un de ces rapports officiels ad hoc, une France étouffée par la dette publique et sacrifiant ses générations futures en s’adonnant à des dépenses sociales inconsidérées. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires:Effectivement, l'envolée des dettes publiques résulte surtout des fabuleux taux d'intérêts imposés à l'État par les banques privées. Selon certaines sources, les contribuables ont participé au remboursement d'environ 1 600 milliards d'intérêts bancaire. Cependant il faut comprendre que l'énormité des dettes publiques devient préoccupantes parce que l'économie réelle est en ralentissement depuis une trentaine d'année. L'énorme dette publique française risque de plonger le Pays dans la banqueroute simplement parce que sa balance commerciales est largement déficitaire pour des raison multiples, surtout dûe à l'incompétence des politiciens de Droite comme de Gauche qui se sont succédés au pouvoir.
nos commentaires:Nous nous opposons à cette fausse évidence. Les dettes publiques ont été creusées par des politiciens pour des raisons électoralistes. Ces politiciens gomment toujours de leurs programmes les paramètres qui sont anxiogènes pour leurs électeurs. C'est ainsi qu'ils ont été amenés, à l'approche de chaque élection, à surestimer volontairement la croissance de l'économie réelle. D'autre part, les accroissements dela démographie ont poussé les Pouvoirs Publics à développer les services publics et donc à accroître les dépenses de l'État.

Fausse évidence n°5 : Il faut réduire les dépenses pour réduire la dette publique
Même si l’augmentation de la dette publique résultait en partie d’une hausse des dépenses publiques, couper dans ces dépenses ne contribuerait pas forcément à la solution. Car la dynamique de la dette publique n’a pas grand chose à voir avec celle d’un ménage : la macroéconomie n’est pas réductible à l’économie domestique. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires:Selon nous, il est dangereux de réduire les services de l'État en deça d'un certain seuil de basculement. De graves dysfonctionnents dans les services publics comme le système de santé, la police, la justice, l'armée vont consédérablement à terme grevés les forces de la Nation.

Fausse évidence n°6 : La dette publique reporte le prix de nos excès sur nos petits-enfants
Il est une autre affirmation fallacieuse qui confond économie ménagère et macroéconomie, celle selon laquelle la dette publique serait un transfert de richesse au détriment des générations futures. La dette publique est bien un mécanisme de transfert de richesses, mais c’est surtout des contribuables ordinaires vers les rentiers. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires: FAUX: Si l'ordonnance Pompidou de 1973 n'est pas abrogée, si la Banque de France reste dans l'impossibilité de racheter à taux zéro la totalité de la dette publique, alors, oui, nos enfants auront la charge de rembourser la dette publique. Nos enfants qui viendront quoiqu'il arrive grossir les rangs des contribuables

Fausse évidence n°7 : Il faut rassurer les marchés financiers pour pouvoir financer la dette publique
Au niveau mondial, la montée des dettes publiques doit être analysée corrélativement à la financiarisation. Durant les trente dernières années, à la faveur de la totale libéralisation de la circulation des capitaux, la finance a accru considérablement son emprise sur l’économie. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires: Tout à fait d'accord. Il faut couper les liens entre l'économie spéculative et l'économie réelle. On en peut malheureusement pas le faire dans l'Europe actuelle.

Fausse évidence n°8 : L'union européenne défend le modèle social européen.
La construction européenne apparaît comme une expérience ambiguë. Deux visions de l’Europe coexistent, sans oser s’affronter ouvertement. Pour les sociaux-démocrates l’Europe aurait dû se donner l’objectif de promouvoir le modèle social européen, fruit du compromis social de l’après seconde guerre mondiale, avec sa protection sociale, ses services publics et ses politiques industrielles. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires: Il suffit de relire le fameux TCE pour comprendre que ce dernier a été concocter dans le but unique d'étendre la domination de l'oligarchie fiancière sur l'Europe.
nos commentaires: Il est clair que le traité de Lisbonne a considérablement aidé des pays comme la France à éluder les graces conséquences et les sanctions de sa gestion économique déplorable par l'incopétence de l'ensemble de sa classe politique. En restant dans l'Euro la France a évité la banqueroute. C'est reculer pour mieux sauter.

Fausse évidence n°9 : L’euro est un bouclier contre la crise
L’euro aurait dû être un facteur de protection contre la crise financière mondiale. Après tout, la suppression de toute incertitude sur les taux de change entre monnaies européennes a éliminé un facteur majeur d’instabilité. Pourtant, il n’en a rien été : l’Europe est plus durement et plus durablement affectée par la crise que le reste du monde. Cela tient aux modalités-mêmes de construction de l’union monétaire. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires: L'Euro n'est ni un bouclier ni une cause de la crise. Le traité de Lisbonne a laminé la fonction unificatrice qu'aurait dû avoir la monnaie unique. Un traité de Lisbonne qui a été obtenu au forceps par les gouvernements à la grande satisfaction des marchés financiers mais au grand mécontentement des peuples qui ont voté contre. L'adoption de ce traité est le fruit d'un grave dysfonctionnement de la démocratie.

Fausse évidence n°10 : La crise grecque a enfin permis d'avancer vers un gouvernement économique et une vraie solidarité européenne.
A partir de la mi-2009, les marchés financiers ont commencé à spéculer sur les dettes des pays européens. Globalement, la forte hausse des dettes et des déficits publics à l’échelle mondiale n’a pas (encore) entrainé de hausses des taux longs : les opérateurs financiers estiment que les banques centrales maintiendront longtemps les taux monétaires réels à un niveau proche de zéro, et qu’il n’y a pas de risque d’inflation ni de défaut d’un grand pays. .../...

Lire le manifeste

nos commentaires: La crise grecque a surtout mis en évidence que l'Europe telle qu'elle a été contruite n'est pas viable.

CONCLUSION
Mettre en débat la politique économique, tracer des chemins pour refonder l'Union Européenne
nos commentaires:En effet. Mais cela nécessitera la dissolution de l'Europe actuelle afin d'en reconstruire une autre, plus concentrée. La pérennité de la nouvelle europe dépendra de la capacité des peuples et de leurs élites de tirer les conséquences des erreurs passées.

 

 

Réserves de Jean Gadrey sur le texte du manifeste

Une prise de position forte et remarquablement argumentée d’économiste « anti-libéraux » a commencé à circuler et à être très largement signée, sous le titre de « manifeste des économistes atterrés », accessible notamment via ce lien. J’ai immédiatement signé ce manifeste, en mentionnant toutefois une réserve. D’autres ont fait de même, avec diverses réserves qui ne remettent pas en cause les qualités et la force globales du texte, qui contient d’une part une critique de fond de dix postulats ou « fausses évidences » de l’économisme ambiant, et d’autre part un ensemble de propositions crédibles à opposer à la pensée unique libérale. Il s’agit donc d’une avancée collective incontestable. Ma réserve porte sur la référence selon moi excessive à la croissance.

La tonalité générale du texte est en effet que l’un des grands défauts des logiques néolibérales est qu’elles nous privent de croissance, vue comme l’un des principaux moyens de sortie de crise et de progrès social. Or je ne crois pas que là soit le problème du néolibéralisme et de la financiarisation excessive. Il est exact que ces logiques sont néfastes pour la croissance en Europe, mais je défends (avec d’autres) l’idée que la recherche de la croissance est devenue néfaste et que très probablement la croissance prendra fin dans les pays « riches » dans les années ou décennies à venir, qu’on la poursuive ou pas. C’est l’objet d’un livre à paraître début octobre, sous le titre « Adieu à la croissance ».

Pour revenir au texte lui-même, voici les indices de mon appréciation, sur la base d’extraits que je commente brièvement à chaque fois.

Fausse évidence n° 2 :
LES MARCHES FINANCIERS SONT FAVORABLES A LA CROISSANCE ECONOMIQUE
« … Cette situation déséquilibrée conduit à des exigences de profit déraisonnables, car elles brident la croissance économique… »
On en conclut selon moi qu’il est raisonnable de ne pas brider la croissance.
« … Le freinage simultané de l’investissement et de la consommation conduit à une croissance faible et à un chômage endémique… »
On en conclut à mon sens que les marchés financiers sont condamnables notamment parce qu’ils réduisent la croissance, et que le chômage résulte d’abord des pannes de croissance.
nos commentaires: il faut dire adieu à la croissance pour des raisons objectives comme la maturation des marchés et la raréfaction des matières premières minérales ou pétrolifères. Peu à peu les élites devront considérer que s'installe naturellement une économie de remplacement qui exige l'édification de nouveaux paramètres pour mieux répartir des richesses qui se raréfient.

FAUSSE EVIDENCE N° 4 : L’ENVOLEE DES DETTES PUBLIQUES RESULTE D’UN EXCES DE DEPENSES
« … l’effritement des recettes publiques, du fait de la faiblesse de la croissance économique sur la période, et de la contre-révolution fiscale menée par la plupart des gouvernements depuis vingt-cinq ans. »
On en conclut que l’une des deux grandes causes de la dette publique étant une croissance trop faible, il nous faut aller vers une croissance plus forte pour en sortir.
nos commentaires:

FAUSSE EVIDENCE N°5 : IL FAUT REDUIRE LES DEPENSES POUR REDUIRE LA DETTE PUBLIQUE
« … La dynamique de la dette dépend en toute généralité de plusieurs facteurs: le niveau des déficits primaires, mais aussi l’écart entre le taux d’intérêt et le taux de croissance nominal de l’économie. »… « Mais le taux de croissance de l’économie lui-même n’est pas indépendant des dépenses publiques: à court terme l’existence de dépenses publiques stables limite l’ampleur des récessions (« stabilisateurs automatiques »); à long terme les investissements et dépenses publiques (éducation, santé, recherche, infrastructures…) stimulent la croissance. »
On en déduit qu’il faut vraiment de la croissance sans fin pour rétablir une bonne dynamique de la dette et que l’un des grands mérites des dépenses publiques est de contribuer à la croissance.

FAUSSE EVIDENCE N°6: LA DETTE PUBLIQUE REPORTE LE PRIX DE NOS EXCES SUR NOS PETITS-ENFANTS
« … Les réductions d’impôt et de cotisations se sont multipliées (sur les bénéfices des sociétés, sur le revenu des particuliers les plus aisés, sur les patrimoines, sur les cotisations patronales…), mais leur impact sur la croissance économique est resté très incertain. Ces politiques fiscales anti-redistributives ont donc aggravé à la fois, et de façon cumulative, les inégalités sociales et les déficits publics. »
On en déduit que l’un des critères de jugement des politiques fiscales est leur impact sur la croissance.
nos commentaires:

FAUSSE EVIDENCE N°9: L’EURO EST UN BOUCLIER CONTRE LA CRISE
« … Depuis 1999 la zone euro a connu une croissance relativement médiocre… Le cadre de politique économique de la zone euro, qui tend à imposer des politiques macroéconomiques semblables pour des pays dans des situations différentes, a élargi les disparités de croissance entre les Etats membres…. Les excédents commerciaux allemands pèsent sur la croissance des autres pays. »
On en conclut que décidément, la croissance est le grand critère d’appréciation de tout : politiques monétaires, finance, fiscalité…

Il s’agit donc d’un texte aussi profondément antilibéral que profondément croissanciste. Mais de fait, dans le milieu des économistes, l’immense majorité des anti-libéraux convaincus est « génétiquement » croissanciste. J’emploie ici la référence à la génétique avec un sens métaphorique : celui qu’utilise la théorie économique dite « évolutionniste » lorsqu’elle compare les « routines » à des gènes transmissibles… Or il reste vrai, bien que les choses évoluent vite, que parmi les « routines » de la profession des économistes et de l’enseignement de l’économie, la croissance a été intégrée depuis des décennies comme la grande condition de tout progrès social. L’adjonction très formelle de quelques allusions « vertes » dans ce texte ne change pas grand-chose.

Cela ne doit pas empêcher alliances et convergences, c’est même indispensable pour sortir des crises, mais autant être clair sur ce qui subsiste de différences et en profiter pour mener des débats tranquilles entre proches sur les voies de sortie. Des débats qui gagneraient à ne pas être réduits au seul « cercle des économistes ».

Mais d’abord, lisez et signez le manifeste, c’est bien plus important que mes réserves !