Un jour les mensonges seront révélés et ce sera l'apocalypse.
Nb connecté(s) 1

Mise à jour
01 février 2018

SURPOPULATION

 

Le Soleil
se lève
à l'Est

Mariage pour tous:
Le point de vue
des Français

CRISE FINANCIÈRE

Après l'Irlande,
le FESF et le FMI s'intéressent
à la FRANCE.


Pourquoi la France serait-elle épargnée par les agences de notation financière?
Sa dette réelle s'élève à 1700 milliards? Tous les comptes sont trafiqués, comme le reste?

lire ici

Christine Lagarde
sur France Inter
"La France est un pays à risque..."
lire ici

Notation financière

LES RAS-LE-BOL

MOYEN ORIENT

texte ici

 

DISCRIMINATION
ANTI FRANÇAISE

 

POLÉMIQUES

DÉFENSE NATIONALE

ENSEIGNEMENT

SANTÉ PUBLIQUE

POLITIQUE ÉTRANGÈRE

LETTRES OUVERTES
AU PRÉSIDENT
DE LA RÉPUBLIQUE

LES CURIOSITÉS
DE LA
PENSÉE UNIQUE

CONSTATS

LA NATION
SOUVERAINE

les 5 piliers
de la
DÉMOCRATIE
VÉRITABLE

CARICATURES

CONQUÊTE

ÉCONOMIE
MONDIALE


Les Agences de Notation Financière sont les instruments de pouvoir de l'Élite Financière Internationale Cosmopolite pour détruire les états et mettre en place le

Nouvel Ordre Mondial



Un fonds pour les pays sans fonds ?
Mais d'où vient l'argent?
Lire ici

 

RÉVOLUTION

180 propositions pour la FRANCE


RÉVOLUTION 2012

JUSTICE

NE NOUS
LAISSONS
PAS FAIRE


lire ici

DOSSIER 9/11

Visionner le diaporama
et lire le dossier
ici

 

IDENTITÉ NATIONALE

Et si nous faisions comme la SUISSE ?



SUJETS SENSIBLES

Le cas Thilo SARRAZIN


à propos de son ouvrage:
"L'Allemagne court
à sa perte".

Lire ici


lire la lettre
ici

 

UN SITE PARTICULIER

L'ISLAMISATION DE LA FRANCE


Le droit international reconnait la notion de territoire occupée que d'un point de vue militaire seulement. A partir du moment ou les populations immigrées ont obtenu pacifiquement la légalisation de leurs installations dans un pays ou une nation quelconque, elles ne peuvent donc pas être assimilée à des forces militaires d'occupation.
Suivez la flèche

Islamisation et déclin de la FRANCE
Interview d'un officier de renseignement d'un pays étranger:

lire l'article
lien.jpg



L'Europe a atteint un sommet unique de paix et de prospérité et, simultanément, un degré inégalé d'incapacité à subsister. Un démographe, Wolfgang Lutz, relève qu'«il ne s'est jamais produit d'inertie démographique négative à grande échelle dans l'histoire de l'humanité jusqu'à présent». Est-il inévitable que la société la plus brillante soit également la première à risquer de s'effondrer par manque d'aplomb culturel et de progéniture? Ironiquement, le fait de créer un endroit extrêmement agréable à vivre semble constituer aussi une recette de suicide. La Comédie humaine se poursuit.
Visiter son site

OUVRAGES IMPORTANTS


Plus de détails

 

 

 

LES 60 ENGAGEMENTS DU BISOUNOURS FRANÇOIS HOLLANDE

On ne pouvait pas résister. François Hollande s'agite vigoureusement pour la promotion de sa candidature. Il y croit dur comme fer. Cela se voit. Puisse François Hollande savourer ces heureux moments de sa campagne. Ses amis y croient, dur comme fer. Enfin on espère car de toute façon il est trop tard pour eux de douter. Parce que à notre avis, dans cette période de fin de cycle, il faut pour rassurer les électeurs; il est indispensable de sortir des discours de convenance, remplis comme à l'habitude de lieux communs, de promesses vagues et de bonnes intentions. Pour cette raison François Hollande a voulu marquer sa volonté de changement en présentant 60 engagements.

D'un point de vue rhétorique, le terme "Engagement" est un mot qui apparaît plus moderne et plus fort que le mot "promesse". Mais les engagements ne concernent que ceux qui les prononcent, alors les promesses ne concernent que les électeurs qui y croient. C'est une nuance sémantique qui jouera peut-être quelqu'influence dans la campagne électorale pour les présidentielles de 2012.

Mais pour le reste, si les engagements ne sont pas tenus, aucun risque pour le candidat engagé. Il aura recours à l'habituelle excuse des changements de conjoncture ou de contexte devenus aussi peu favorables qu'ils n'ont jamais été pris en compte durant l'élaboration de ces engagements.

Demain ! ce sera mieux, on vous le jure ! s'écrient en général les candidats devenus présidents au soir de leur bilan de fin de mandat.

Alors qu'au lieu de proférer des engagements plus ou moins farfelus (on le verra pas la suite), le candidat Hollande aurait mieux fait d'analyser les causes de la situation économique très périlleuse pour la France aujourd'hui au bord d'un défaut de paiement et d'une banqueroute. Une situation pour laquelle le Parti Socialiste partage l'essentiel des responsabilités politiques avec la Droite au pouvoir depuis 1986. Je fais référence ici à l'ex premier ministre de Jacques Chirac Lionel Jospin, lequel a démantelé l'État bien plus que Juppé et Balladur réunis. Avec la complicité de Dominique Srauss-Khann, son ministre des finances.

Lors de ces conférences de campagne, François Hollande a toujours soigneusement évité d'évoquer les effets économiques lié l'appartenance de la France à l'Europe et surtout d'intégrer dans ses réflexions les points importants qui ont été les causes du désastre économique que subit le peuple français en ce moment. Non! François Hollande ne remet jamais en cause le système ultra libéral de la concurrence non faussée entre les peuples établi par l'Union Européenne laquelle est de surcroît non seulement gouvernée par une commission non élue, donc non démocratique, mais en outre fonctionne autour du célèbre traité de Lisbonne qui reprend l'essentiel du traité de constitution européenne, le TCE refusé par référendum par le peuple français en 2005. Cette fois encore le peuple avait eu raison de rejeter ce traité qui allait mettre à plat l'économie française.

Dans ces conditions, quel peut-être le contenu des 60 engagements pour la France du candidat Hollande?

J'ai donc mon enquête et les bras m'en sont tombés de stupéfaction lorsque j'ai commencé mon analyse.

Comme vous pouvez le deviner, j'anime ce site avec ferveur et conscience, mais ce n'est pas pour autant que je me prends pour un intellectuel. Loin s'en faut car si je dispose de quelques diplômes et brevets techniques, ils ne sont pas de ceux qui façonnent les intellectuels et autres universitaires. Alors que ce n'est pas le cas de François Hollande qui a fréquenté des écoles prestigieuses. ET pourtant j'ai le sentiment que ses engagements annoncés à grands fracas médiatiques auraient très bien pu être rédigés par un collégien de sixième.

Alors question: que se passe-t-il dans la tête de nos politiciens?

Les engagements commentés de BISOUNOURS/HOLLANDE

Source: le Figaro pour les citations des engagements

Réduire le déficit public du pays à 3% du PIB d'ici 2013, et le ramener à l'équilibre en 2017, à la fin de son mandat.
commentaires  Alors là on entre dans ce qu'on appelle le grand n'importe quoi! L'endettement de la France est tel, le remboursement des intérêts est si fort que presque la totalité des recettes de la fiscalité sur les revenus y passe. La désindustrialisation du Pays est tel que les exportations sont insuffisantes pour équilibrer les importations et donc la balance commerciale est catastropiquement négative. Par conséquent il est impossible pour n'importe quel candidat (y compris pour Marine Le Pen d'ailleurs qui a l'intelligence de vouloir sortir de l'Europe) de prétendre pouvoir réduire le déficit public à 3% dans un délai aussi court qu'un an. D'ailleurs, il faut rappeler que si Sarkozy a, au début de son mandat, fait signer par le parlement le traité de Lisbonne "aux forceps" (dans un déni de démocratie) c'est que ce traité permettait aux États de l'UE comme la France d'avoir déficits budgétaires qui dépassent les critères des 3% du traité de Maastricht sans subir de sanctions de la Commission Européenne. Un tel engagement, irrationel, ne peut qu'inciter les électeurs à exprimer des soutes sur les compétences en économies de François Hollande et de son équipe d'experts.


D'accord, on exagère. Cette comparaison n'est pas très flatteuse pour François Hollande, mais nous n'avons plus le temps de nous confondre en politesses. La France vit une période critique de son histoire et c'est pourquoi ces élections présidentielles revêtent un caractère si particulier qui exige qu'enfin les électeurs entrent dans le vif du sujet.

Séparation des banques de dépôt et d'investissement,
commentaires  François Hollande menacerait-il les banques privées, souveraines dans le domaine des marchés financiers, de mettre son nez dans leurs petites affaires? On ose y croire. Voici un nouvel exemple d'un engagement lancé à la va-vite. Seules les nationalisations des banques de dépôts permettront aux Pouvoirs Publics de pratiquer une régulation dans les marchés fianciers. Malheureusement, non seulement toute idée de nationalisation est violemment rejeté par l'idéologie libérale à laquelle s'est ralliée le PS, mais en plus c'est interdit par le traité de Lisbonne. Donc Bisounours/Hollande est coincé. Ce sont les banques qui auront le dernier mot. L'État républicain a depuis longtemps perdu son pouvoir de contrôle sur l'économie et les spéculations boursières ou tout mouvements de capitaux. François mitterrand s'en est aperçu très tôt après son accession au pouvoir. En 1983 exactement lorsqu'il a été obligé de fermer les frontières pour stopper la fuite des capitaux.

l'interdiction des produits financiers toxiques sans lien avec l'économie réelle
commentaires  On a du mal à comprendre la formulation de cet engagement. Les produits toxiques n'ont jamais eu de lien avec l'économie réelle. La crise des subprimes aurait dû rester cantonnée dans les marchés financiers. Si les États sont intervenus c'est pour sauver les institutions bancaires de la déroute et protéger les petites économies de nombreux épargnants qui y avaient bien imprudemment placé leur argent. C'est tout. L'essoufflement de l'économie réelle prend naissance directement dans la maturité (saturation) des marchés et dans l'augmentation des matières premières laquelle génére une inflation structurelle contre laquelle les banques centrales ne peuvent pas lutter. Voici donc un engagement sans lendemain.

Taxe sur les transactions financières:
commentaires  Comment va-il s'y prendre.? Il est vrai que François Hollande précise que cette démarche sera entreprise en accord avec les autres États membres de l'UE. C'est en son honneur de le préciser cela marque la différence avec le président Sarkozy. Mais c'est un voeu pieux puisque techniquement irréalisable. Car les transactions se réalisent sur des ordinateurs qu'il est impossble de localiser géographiquement en absence de tout équipement informatique très onéreux. Il faudrait recruter des fonctionnaires hautement qualifiés et developper un service de contrôle tres coûteux. Le gain en argent pour l'État n'est pas évident.

création d'une banque publique d'investissement (Caisse dépôts, FSI, Oseo, fonds régionaux).
commentaires  Premier point: les institutions citées disposent -elles de fonds propres disponibles? Une banque a besoin d'argent pour fonctionner et à notre connaissance, vu l'énormité de la dette publique, l'État ne dispose plus de réserves financières. Faudra-t-il alors alourdir la datte souveraine? Dans ce cas que signifie un tel engagement? Deuxième point: l'Europe n'autorise pas de concurrence faussée et c'est pourquoi la commission européenne interdit toute intervention de l'État dans l'économie. Pour agir de la sorte, Bisounours/Hollande se ferait taper sur les doigts par le président de la Commission Européenne, José Manuel Barroso. Bisounours est-il au courant que le Pays qu'il ambitionne de présider ne dispose plus de sa souveraineté économique?

Mise en place d'un «pacte productif» de soutien à l'industrie et à la relocalisation, ainsi qu'aux PME.
commentaires Un pacte signé par quels partenaires sociaux et économiques? Un pacte comprenant quelles sortes de mesures? Encore des allègements sur les charges patronales? Un pacte sur les salaires? Un pacte sur la stabilité sociale dans l'entreprise? sur la conscience professionnelle des travailleurs français? sur le temps de travail? sur la flexibilité de l'emploi? Encore de belles paroles de Bisousnours quoi!

Soutien des entreprises exposées à l'international:
commentaires  Ce n'est pas possible? Hollande reprendrait à son compte la réforme de la TVA sociale concoctée par Nicolas sarkozy? Une réforme qui consiste à réduire les charges sociétés exposées à l'exportation pour les rendre compétitives par rappport à la concurrence étrangère et de les faire payer par la totalité des consommateurs? Une réforme injuste et absurde, qui octroit encore plus de privilèges aux classes possédantes, lesquelles auraient bien tord d'en profiter pour s'enrichir d'avantage.

Rééquilibrage de l'impôt sur les sociétés.
commentaires  Alors là, c'est dans ce genre d'engagement que le candidat Hollande justifie son sobriquet de Bisounours. Quand on sait que la compagnie pétrolière Total ne paie pratiquement pas d'impôts alors que ses bénéfices battent des records (bénéfices qui autrefois renflouaient les caisses de l'État avant la privatisation d'ELF, on vous le rappelle) on se dit que Bisounours vient d'émettre un engagement sans en mesurer les conséquences. A l'intérieur d'une Europe ultra libérale, alors que l'État ne dispose plus de moyens coercitifs sur l'économie privée,ce qui revient à dire que les délocalisation des entreprises vont connaître un nouveau regain. Le contraire de l'abition de réindustrialiser la France.

Mesures de sécurisation des parcours professionnels et soutien de la formation des chômeurs
commentaires Bravo. Ebfin un engagement social mais qui n'a pque peut de chance d'aboutir par manque de moyens fiannciers.

Fusion à terme de l'impôt sur le revenu et de la CSG dans le cadre d'un prélèvement simplifié sur le revenu
commentaires  Bon, un engagement technique! Pourquoi pas. On ne voit cependant quel serait le bénéfices pour les contribuables si les impôts ne baissent pas.

Création d'une nouvelle tranche d'impôt de 45% pour les revenus supérieurs à 150.000 euros par part. Les personnes imposables ne pourront pas déduire plus de 10.000 euros de leurs impôts grâce aux niches fiscales.
commentaires  Ah enfin, un engagement compréhensible. C'est une des dernières fonctions régaliènnes dont dispose la France. Alors Hollande a raison de l'utiliser.

60.000 postes seront créés en 5 ans pour l'Éducation nationale. «Ces créations se feront dans le cadre de la stabilité des effectifs de la fonction publique», précise François Hollande.
commentaires  Difficile de ne pas tomber dans l'ironie. François Hollande voudrait-il signifier qu'il compenserait les départs en retraite qu'à hauteur de 60 000 postes? C'est à dire quen fait, le nombre d'enseignements continuerait à décroître ou qu'il procéderait, s'il était élu, à un remplacement limité des départs en retraite ? Dans ce cas il est indécent de parler de créations de poste.

150.000 emplois d'avenir pour les jeunes au lieu de 300.000 prévus initialement.
commentaires  Ah bon! Il y aurait donc 150 000 jeunes qui resteraient sur le carreau?

création de 500.000 contrats de génération, c'est-à-dire «permettre l'embauche en CDI de jeunes, accompagnés par un salarié plus expérimenté qui sera ainsi maintenu dans l'emploi jusqu'à son départ en retraite».
commentaires  D'accord, mais avec quels partenaires économiques signer ces contrats? Les industriels privés? Les services publics? Dans un autre engagement François Hollande s'engage à rendre les entreprises françaises compétitives en réduisant certaines charges patronales et dans celui-ci on en crée d'autres pour sauver l'emploi ?

Mille postes seront crées chaque année pour la police, la justice et la gendarmerie, donc 5.000 sur le quinquennat,
commentaires  Oui en effet. les forces de police sont en sous effectif et ne peuvent plus accomplir leur mission de sécurité publique. Mais tout recrutement de policiers engagera des charges supplémentaires sur le budget français déjà largement déficitaire. Que penseront les agences de notation financière de cet engagement?

Création de centres d'éducation fermés, avec pour objectif 80 établissements en 2017 contre 40 aujourd'hui.
commentaires  Encore des dépenses non chiffrées. Encore des chiffres lancés au hasard sur le nombre de centres à ouvrir qui ne correspondent peut-être pas à la demande des services concernés.

L'État mettra à disposition des collectivités ses terrains gratuitement à condition qu'elles s'engagent à construire d'ici cinq ans des logements sociaux.
commentaires  D'accord, mais l'État dispose-t-il d'une quantité illimitée de terrains disponibles. Donc c'est un engagement de courte durée dont l'objectif reste purement électoraliste. Bisounours évite soigneusement d'énoncer la véritable cause de la crise du logement qu'est la pression démographique constante à laquelle ne peuvent plus répondre les programmes immobiliers. Plus la natalité sera forte, plus la crise du logement sera aigüe. C'est un problème insoluble soigneusement occulté par les pouvoirs publics comme de l'ensemble des institutions et associations compétentes. Mais n'est-ce pas là le rôle d'un candidat à la présidence de la République d'anticiper les crises afin d'y faire face?

Création d'un forfait de base pour la consommation d' eau et d'électricité qui deviendra un forfait social pour les ménages moins aisés (4 millions de Français).
commentaires  Mais qui va payer les travaux? Et quels logements sont concernés. De plus il s'agit encore d'une forme de discrimination insupportable.. Les ménages français ne sont plus égaux devant l'État.Les ménages les moins aisés appartiennent souvent à la classe des moins qualifiés, es moins diplômés. D'une certaine façon des moins méritants. Dans ces conditions, comment ne pas susciter un sentiment d'injustice de la part de la classe moyenne qui aimerait bien bénéficier d'aides également?

Sur les économies de chauffage, 600.000 logements seront rénovés pour donner une activité au batiment et diminuer les charges sur les ménages.
commentaires Mêmes remarques que précédemment.

La question des salaires «sera posée dans la conférence sociale que j'ouvrirai au lendemain de notre victoire», a déclaré François Hollande. «Tout sera évoqué, y compris même le mode de calcul du Smic, savoir s'il ne faut pas changer les critères de réévaluation», a-t-il ajouté en réponse à une question sur l'absence de cette mesure dans son programme.
commentaires  C'est un engagement qui ne prête pas à conséquence. Convoquer une conférence sociale n'est pas une garantie que le gouvernement Hollande pourra agir sur les emplois et les salaires du secteur privé. Les patrons réagissent toujours pragmatiquement: si les carnets de commande sont pleins, ils embauchent. Si l'avenir économique de leurs sociétés est ouvert, alors ces patrons seront d'accord pour accorder des contrats CDI. Dans tous les cas contraires, ils feront la fine bouche. Or la tendance économique est aujourd'hui à la "stagflation", c'est à dire que les marchés sont saturés et que les prix des matières premières augmentent par l'épuisement des ressources et la spéculation qui en découle. Voilà une annalyse qui fait cruellement défaut dans les perspectives évoquées par notre Bisounours.

L'âge de départ à la retraite passe à 60 ans pour les personnes ayant côtisé toutes leurs annuités.
commentaires Pas si mal! Cela ressemble fort à la proposition de Marine Le Pen d'une retraite à la carte. Combien d'annuités prévoit Hollande pour qu'un salarié obtienne une retraite complète?

La centrale de Fessenheim sera fermée, tandis que la construction de l'EPR de Flamanville est maintenue. François Hollande souhaite que la part du nucléaire dans la production d'électricité passe de 75 à 50% d'ici 2025.
commentaires A chaque fois, c'est la même rengaine. En ce moment, diminuer la part de la filiaire du nucléaire parait une utopie, car la technologie actuelle ne permet toujours pas une alternative fiable à la production de masse en continue. En admettant que ce soit un bon engagement, ce la demanderait à être accompagné d'une politique de l'énergie complet et soigné. Peut-être existe-t-il d'ailleurs, mais nous n'en avons pas connaissance.

CONCLUSIONS

Une première conclusion s'impose d'elle-même. François Hollande n'est absolument pas le genre de candidat dont la France aura besoin demain. Pas plus que Nicolas sarkozy ne l' aura été, lui qui a acculé la France à la déroute économique et sociale en 5 ans de mandat.

Une autre conclusion s'impose égalment. Rester dans l'Europe s'apparente de plus en plus à du suicide collectif. Ce qui ne veut pas dire que la sortie de la zone euro sera la panacée à tous nos problèmes. Les Français, quoiqu'il arrive, vont connaître de graves difficultés économiques mais ce sera pire si la france reste accrochée à l'Europe. C'est un peu le message de la fable de jean de la Fontaine du Chien et du Loup. Quitte à souffrir, vaut-il mieux rester enchaînés ou vivre librement son destin. Ne serait-il pas temps pour les français de reprendre les rènes de leur destin? A voous d'y réfléchir.

Vous le savez, puisque vous êtes là à lire ces lignes, notre conviction, c'est que seul un État fort, que nous appelons Providence, pourra permettre à la République Française de se reconstruire, lentement, dans la peine et l'effort dans dans une vision claire d'un avenir pérenne.

Enfin, un dernier mot: Il ne faut plus tabler sur la croissance économique. Cette période est révolue. Comme notre planète est physiquement limitée, les demandes de consommations sont peu à peu comblées. D'autant que la vie va devenir bigrement chère à cause l'inflation structurelle sur les matières premières. Nos sociétés occidentales vont entrer de force dans une période de changement de modèle économique. Le modèle basé sur des marchés en croissance devra être changé par un modèle basé sur des marchés de remplacement. C'est à dire sur des marchés à croissance très faible, voire. C'est très différent.
L'absence de croissance engendrera des faillites d'entreprises ou des délocalisations qui seront causes de mouvements sociaux voire de soulèvements populaires. Les entreprises industrielles devront renoncer aux profits colossaux qu'elles engrangeaient jusqu'à nos jours. L'État devra retrouver sa place légitime au centre de nos sociétés. Lui seul sera en mesure d'assurer une meilleure répartition des richesses produites, assurer les perénnités des entreprises abandonées par les investisseurs privés parce que devenues peu rentables.

C'est ce genre de considérations que nous voudrions voir dans les discours des politiciens. Pour l'instant les électeurs restent dans l'attente de nouvelles propositions lucides, qui tardent à venir. A ce propos, Marine Le Pen se démarque des autres candidats, mais il y a encore du chemin à parcourir avant qu'elle accepte l'idée qu'il n'y aura plus de croissance et qu'il faut appliquer à notre pays une économie mixte. Cela ne fait rien, on y croit.