Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées.
Nb connecté(s) 2

Mise à jour
01 février 2018

SURPOPULATION

 

Le Soleil
se lève
à l'Est

Mariage pour tous:
Le point de vue
des Français

CRISE FINANCIÈRE

Après l'Irlande,
le FESF et le FMI s'intéressent
à la FRANCE.


Pourquoi la France serait-elle épargnée par les agences de notation financière?
Sa dette réelle s'élève à 1700 milliards? Tous les comptes sont trafiqués, comme le reste?

lire ici

Christine Lagarde
sur France Inter
"La France est un pays à risque..."
lire ici

Notation financière

LES RAS-LE-BOL

MOYEN ORIENT

texte ici

 

DISCRIMINATION
ANTI FRANÇAISE

 

POLÉMIQUES

DÉFENSE NATIONALE

ENSEIGNEMENT

SANTÉ PUBLIQUE

POLITIQUE ÉTRANGÈRE

LETTRES OUVERTES
AU PRÉSIDENT
DE LA RÉPUBLIQUE

LES CURIOSITÉS
DE LA
PENSÉE UNIQUE

CONSTATS

LA NATION
SOUVERAINE

les 5 piliers
de la
DÉMOCRATIE
VÉRITABLE

CARICATURES

CONQUÊTE

ÉCONOMIE
MONDIALE


Les Agences de Notation Financière sont les instruments de pouvoir de l'Élite Financière Internationale Cosmopolite pour détruire les états et mettre en place le

Nouvel Ordre Mondial



Un fonds pour les pays sans fonds ?
Mais d'où vient l'argent?
Lire ici

 

RÉVOLUTION

180 propositions pour la FRANCE


RÉVOLUTION 2012

JUSTICE

NE NOUS
LAISSONS
PAS FAIRE


lire ici

DOSSIER 9/11

Visionner le diaporama
et lire le dossier
ici

 

IDENTITÉ NATIONALE

Et si nous faisions comme la SUISSE ?



SUJETS SENSIBLES

Le cas Thilo SARRAZIN


à propos de son ouvrage:
"L'Allemagne court
à sa perte".

Lire ici


lire la lettre
ici

 

UN SITE PARTICULIER

L'ISLAMISATION DE LA FRANCE


Le droit international reconnait la notion de territoire occupée que d'un point de vue militaire seulement. A partir du moment ou les populations immigrées ont obtenu pacifiquement la légalisation de leurs installations dans un pays ou une nation quelconque, elles ne peuvent donc pas être assimilée à des forces militaires d'occupation.
Suivez la flèche

Islamisation et déclin de la FRANCE
Interview d'un officier de renseignement d'un pays étranger:

lire l'article
lien.jpg



L'Europe a atteint un sommet unique de paix et de prospérité et, simultanément, un degré inégalé d'incapacité à subsister. Un démographe, Wolfgang Lutz, relève qu'«il ne s'est jamais produit d'inertie démographique négative à grande échelle dans l'histoire de l'humanité jusqu'à présent». Est-il inévitable que la société la plus brillante soit également la première à risquer de s'effondrer par manque d'aplomb culturel et de progéniture? Ironiquement, le fait de créer un endroit extrêmement agréable à vivre semble constituer aussi une recette de suicide. La Comédie humaine se poursuit.
Visiter son site

OUVRAGES IMPORTANTS


Plus de détails

 

MÉLENCHON LE MAGICIEN

Jean Luc Mélenchon a créé le Parti de Gauche. Il aurait dû le faire dès le 30 mai 2005 et quitter le PS après sa campagne fabuleuse pour le non au traité constitutionnel, alors que le PS en soutenant le oui s'est classé définitivement à droite.
Cependant en étudiant le comportement des français aux dernières élections présidentielles de 2007, puisque 75% des électeurs se sont exprimés au premier tout en faveur du libéralisme si on totalise des voix des trois partis proches de cette idéologie économique, c'est-à-dire, L'UMP, le PS et le MODEM de François Bayrou il n'y a pas de place pour un vrai parti de gauche.
Ce qui revient à dire, que ce n'est pas un parti de gauche qu'attendent les français, encore moins un parti archéo-gauchiste qui revendique une meilleure répartition de richesses que recherchent les électeurs français.

Enfin de compte, le monde est simple comme un chapeau de magicien. Il suffit de penser et tout arrive.

La dialectique gauchiste est désormais dépassée. Si les peuples disposent d'un potentiel de travail formidable, ils n'ont jamais été capables de le faire fructifier par eux-mêmes. Les peuples ont toujours eu besoin de meneurs d'une classe d'élite. On peut le déplorer, le nier, cela peut rendre fou, mais c'est ainsi.
C'est pourquoi les déclarations de principe de ce nouveau Parti de Gauche ne laissent malheureusement espérer des solutions originales. Bien au contraire.
Voici un florilège de ces déclarations soumis à une analyse critique aussi objective que possible.

Parti de Gauche : " La crise est là et frappe durement les classes populaires "
Stop à la croissance : C'est certain que de nombreux emplois vont disparaître de par la récession économique. Mais beaucoup de patrons et d'hommes d'affaires souffrent également d'une crise qui ne rend plus lisible un avenir de croissance et beaucoup d'entreprises sont menacées de fermetures définitives. Le résultat c'est que si cette situation provoque de nombreux licenciements de salariés,beaucoup de patrons se retrouvent également sans avenir et sans le sou.
Tout le monde est concerné par cette crise économique qui marque la fin d'un cycle économique majeur. Il faut maintenant se rendre compte que les vielles recettes ne suffiront plus et qu'il faut inventer une nouvelle vision de la société.

Parti de gauche : " Il faut s'attaquer aux racines de la crise : un partage inégalitaire des richesses résultant de la recherche effrénée du profit maximum pour quelques-uns au détriment des salaires du plus grand nombre ".
Stop à la croissance : Mais justement NON : les racines du mal présent ne se situent pas tant dans une mauvaise répartition des richesses réelle que dans la disparition de ces richesses. Les marchés sont saturés. La croissance est terminée. Le monde entre en récession.
Il est impossible de maintenir de la croissance lorsqu'on vit dans un monde défini comme notre planète. Il n'y aura bientôt plus de richesses à se partager.

Parti de Gauche : " La politique de Sarkozy aggrave la situation ".
Stop à la croissance : Oui, le prétentieux président de la République Française, qui rêve en secret de devenir le sauveur du monde (et la reconnaissance du monde par une statue érigée à sa gloire aussi haute que la statue de la liberté de New York) tout en restant au service de ses copains milliardaires applique une politique qui amplifie les effets négatifs d'une crise dont il n'a pas saisi l'ampleur. Mais le président n'est pas le seul à se tromper. Tous les autres dirigeants en sont au même point. Pire encore, actuellement rien n'indique de le Parti de Gauche ne soit à la hauteur de la situation et propose de véritables remèdes à une crise de société mal évaluée.

Parti de Gauche : " Ça suffit comme ça ! Il faut résolument changer de cap ! Cette crise signe la faillite du système libéral mis en œuvre depuis trois décennies. Elle révèle les impasses du capitalisme et de sa logique dominante : la recherche effrénée du profit maximum à n'importe quel prix par la surexploitation du travail et de la planète. "
Stop à la croissance : Mais la recherche effrénée du profit ne justifie pas la crise. Cette recherche effrénée du profit n'est d'ailleurs pas le vice exclusif des patrons. Les ouvriers et les salariés, en bref l'ensemble du peuple, qui accourent le samedi et le dimanche dans les commerces pratiquant le hard discount pour acheter moins cher n'obéissent eux-mêmes qu'à cet instinct primitif de chercher à s'enrichir.
Tant que les carnets de commandes étaient remplis, que les avenirs des industries restaient prometteurs, les luttes sociales pour une meilleure répartition des richesses se justifiaient et les syndicats obtenaient des résultats.
Mais aujourd'hui, une mauvaise lecture de la mondialisation de l'économie ne peut qu'engendrer de mauvaises réponses.

Parti de Gauche : " Des mesures pour combattre les licenciements et les délocalisations "
Stop à la croissance : C'est-à-dire que les Patrons français et les dirigeants d'entreprises, déjà en grande difficulté de par la concurrence effrénée qu'ils livrent avec les entreprises étrangères englués qu'ils sont dans une globalisation de l'économie qui n'est que la conséquence de la restriction des marchés locaux, ne vont certainement pas se laisser déposséder de richesses qu'ils n'ont plus et vont être tentés de déposer le bilan ou de délocaliser. Aucune mesure autre que la NATIONALISATION MASSIVES des entreprises en difficultés ne saurait avoir des effets positifs. Il faut faire une croix sur le libéralisme et réinventer un capitalisme d'état, une économie mixte telle que présentée sur ce site.
Parti de Gauche : " Des mesures pour faire reculer la précarité et modifier le partage des richesses "
PG 7 - Abrogation du paquet fiscal favorable aux plus fortunés et redistribution des 15 milliards d'euros libérés sous forme d'une prime au profit des 60 % des ménages les moins riches, avec un taux de redistribution d'autant plus élevé que le revenu est faible et les charges de familles élevées. Cela permettrait de verser en deux fois dans l'année une prime allant de 1500 euros (pour les 10% les plus pauvres) à 500 euros (pour la tranche supérieure de revenu concernée).

Stop à la croissance : Mais le paquet fiscal a été adopté pour éviter que les riches quittent le pays. Augmenter les pressions sur les riches ne va certainement pas résoudre la situation.
Les mesures démagogiques concernant l'augmentation du SMIC ou d'allocations spéciales pour les plus pauvres ne pourront qu'aggraver les compétitivités des entreprise en ce qui concerne le SMIC et la dette publique pour les primes.
Toute mesure destinée à sauver de la misère économique les citoyens et les ménages françaisis doivent s'inscrire dans une vision globale de la crise économique actuelle.

PG : 8 - Augmentation du SMIC - pour atteindre 1500 euros net - de 10% au 1er mars 2009, 10% au 1er juillet 2009 et 10% au 1er juillet 2010, avec un fonds de compensation pour les PME qui maintiennent l'emploi. Revalorisation des salaires prenant en compte les gains de productivité. Indexation des salaires, pensions, et minima sociaux sur les prix pour assurer le maintien du pouvoir d'achat. Il faudra progressivement restituer à la rémunération des salariés les 10% de la valeur ajoutée détournés vers la rémunération du capital au cours des années précédentes.
Stop à la croissance : Mais augmenter des salaires alors que les entreprises n'ont plus d'emplois à offrir ne peut que précipiter une économie libérale vers la faillite. Si le PG veut augmenter les salaires, il ne pourra le faire qu'au travers des nationalisations des entreprises.

PG : 9 - Augmentation du minimum de pension de retraite et des minima sociaux de 300 euros ; vers la mise en place d'un minimum retraite au niveau du SMIC. Ceux qui ont de basses pensions et des minima sociaux sont les plus vulnérables dans la crise et doivent être soutenus en priorité.
Stop à la croissance : Avant que l'État puisse entreprendre quelque mesure sociale d'envergure, ce dernier doit d'abord assainir ses comptes. La dette publique est tellement énorme qu'elle grève durablement toute politique ambitieuse aussi bien sur les plans sociaux qu' économiques. D'autant que les privatisations des entreprises publiques rentables ôtent au budget de l'État de nombreuses ressources qui lui font défaut aujourd'hui.

PG: 10 - Mise en place d'un écart maximum de revenus : écart maximum de salaires dans chaque entreprise, plafonnement des dividendes des actionnaires et suppression des " bonus " des dirigeants d'entreprises. Suppression des stock-options, sauf pour les petites et moyennes entreprises nouvellement crées et durant les 5 premières années.
Il faut réduire les profits en même temps que l'on augmente les salaires pour maintenir la compétitivité des entreprises.

Stop à la croissance : C'est du communisme. Il serait convenable de l'annoncer clairement et ce n'est pas sûr que ça plaise à beaucoup de monde. Pour éviter les fuites des capitaux une telle mesure exige la fermeture des frontières ce qui implique la sortie de la France de l'Europe ultra libérale.

PG 11 - Financement accru pour améliorer la protection sociale (assurance maladie, retraite, chômage) par une taxation de la spéculation et des profits financiers non réinvestis. Suppression des franchises médicales, rétablissement du droit à la retraite à 60 ans à taux plein, amélioration de la couverture chômage et revalorisation des indemnités en attendant la mise en place de la sécurité sociale professionnelle.
Stop à la croissance : Obtenir un financement à partir des spéculations ? Est-ce à dire qu'il ne faut surtout pas lutter contre les spéculations qui seraient autant de mannes pour l'État ?
Appliquer une telle mesure reviendrait à signifier que le socialisme est lui-même " profiteur " ? non ?

PG 12 - Conditionnement de toutes les aides publiques aux entreprises (y compris exonérations de cotisations sociales) à la conclusion d'un accord comprenant une revalorisation des salaires signé par une majorité syndicale. Il faut plus généralement remettre à plat de tout le système d'aides aux entreprises qui est très coûteux et largement inefficace.
Stop à la croissance : Alors pourquoi ne pas nationaliser ouvertement les entreprises qui menacent de licencier ou de délocaliser ? L'État républicain retrouverait alors des moyens d'une politique ambitieuse. Mais encore une fois, pour nationaliser il faut sortir de l'Europe du traité de Lisbonne.

PG 13 - Droit à un logement pour tous, par des mesures d'urgences : recours aux logements vacants, suppression du dépôt de garantie pour les locataires et garantie du maintien dans les lieux, moratoire sur les prêts-relais. Blocage des loyers pour deux ans. Baisse des loyers de 10% dans les zones ayant enregistrées les plus fortes hausses depuis cinq ans. Indexation des loyers sur le coût de la vie. Construction de centres d'hébergement d'urgence en chambre individuelle ou familiale. Substitution immédiate de l'État aux municipalités pour la mise en application effective de la loi SRU, quand celles-ci ne votent pas un plan visant les 20% de logements sociaux. Tout de suite, il faut répondre aux situations de détresse ; pour la suite c'est une nouvelle politique du logement qui est nécessaire.
Stop à la croissance : Surprenant cette suppression du dépôt de garanti pour les locataires. On dirait que Mr Mélenchon n'a jamais été confronté au problème des propriétaires de logements qui craignent par-dessus tout de subir les loyers impayés, le vandalisme volontaire ou non de leurs bien immobiliers par des locataires indélicats lesquels parfois n'hésitent pas à user de tous les subterfuges pour ne pas payer y compris souvent en se servant des lois antiracistes pour contrer toute action administrative ou judiciaire. Voilà une mesure sortie d'humanisme béat comme un cadeau de la hotte du Père Noël mais qui risque d'être contreproductive.
Si le PG veut apporter une solution à la crise du logement c'est en donnant aux propriétaires qu'ils seront protégés contre les malversations et non l'inverse.
Voilà une mesure de plus issue d'une dialectique ancienne qui avait précipité les régimes qui l'avaient appliquée dans la géhenne.

PG 14 - Abrogation du bouclier fiscal, rétablissement de la progressivité de l'impôt sur le revenu permettant de plafonner un revenu maximum. La fiscalité doit redevenir un outil au service de la redistribution des richesses et de l'intérêt général.
Stop à la croissance : Encore une fois, avant de répartir des richesses, il faut les créer. Jusqu'à nos jours, seuls les capitaux et les initiatives privées ont apporté aux peuples et aux nations des richesses et des développements matériels qui ont largement profité à tous. Le président Sarkozy n'a pas tout faux dans son approche économique. Dans un contexte économique déplorables, les capitaux privés n'ont que faire des menaces supplémentaires de principes idéologiques.

CONCLUSION

La liste des objections concernant la déclaration de principe du Parti de Gauche n'est évidemment pas exhaustive. Tout le reste des déclarations de principes du Parti de Gauche participe de la démagogie. En fait Mélenchon voudrait faire du communisme sans s'en donner les moyens. Mais alors pourquoi ne pas avoir rallier le parti de Marie-Georges BUFFET?
Si le cœur vous en dit, rendez-vous sur le site du Parti de gauche qui les propose en téléchargement.
MÉLENCHON tire ses idées politiques à la fois de son bon coeur naturel mais malheureusement de son chapeau comme un magicien qu'il n'est malheureusement pas.
La situation de l'humanité ne pourra survivre que par l'émergence d'un nouveau modèle économique qui ferait cohabiter à la fois les intérêts collectifs et privés dans un équilibre maintenu par un État régulateur qualifié de providentiel.

Notre univers ne fonctionne que par l'alternance de forces contraires maintenues en équilibre. Pour les humains, la loi de l'équilibre sera la même. Nous devrons l'applquer dans nos règles sociales.

Même si ce n'est pas le sujet de ce site, nous devons savoir qu'il ne saurait y avoir de solution durable sans une vision globale de notre univers.