Un jour les mensonges seront révélés et ce sera l'apocalypse.
Nb connecté(s) 3

Mise à jour
01 février 2018

SURPOPULATION

 

Le Soleil
se lève
à l'Est

Mariage pour tous:
Le point de vue
des Français

CRISE FINANCIÈRE

Après l'Irlande,
le FESF et le FMI s'intéressent
à la FRANCE.


Pourquoi la France serait-elle épargnée par les agences de notation financière?
Sa dette réelle s'élève à 1700 milliards? Tous les comptes sont trafiqués, comme le reste?

lire ici

Christine Lagarde
sur France Inter
"La France est un pays à risque..."
lire ici

Notation financière

LES RAS-LE-BOL

MOYEN ORIENT

texte ici

 

DISCRIMINATION
ANTI FRANÇAISE

 

POLÉMIQUES

DÉFENSE NATIONALE

ENSEIGNEMENT

SANTÉ PUBLIQUE

POLITIQUE ÉTRANGÈRE

LETTRES OUVERTES
AU PRÉSIDENT
DE LA RÉPUBLIQUE

LES CURIOSITÉS
DE LA
PENSÉE UNIQUE

CONSTATS

LA NATION
SOUVERAINE

les 5 piliers
de la
DÉMOCRATIE
VÉRITABLE

CARICATURES

CONQUÊTE

ÉCONOMIE
MONDIALE


Les Agences de Notation Financière sont les instruments de pouvoir de l'Élite Financière Internationale Cosmopolite pour détruire les états et mettre en place le

Nouvel Ordre Mondial



Un fonds pour les pays sans fonds ?
Mais d'où vient l'argent?
Lire ici

 

RÉVOLUTION

180 propositions pour la FRANCE


RÉVOLUTION 2012

JUSTICE

NE NOUS
LAISSONS
PAS FAIRE


lire ici

DOSSIER 9/11

Visionner le diaporama
et lire le dossier
ici

 

IDENTITÉ NATIONALE

Et si nous faisions comme la SUISSE ?



SUJETS SENSIBLES

Le cas Thilo SARRAZIN


à propos de son ouvrage:
"L'Allemagne court
à sa perte".

Lire ici


lire la lettre
ici

 

UN SITE PARTICULIER

L'ISLAMISATION DE LA FRANCE


Le droit international reconnait la notion de territoire occupée que d'un point de vue militaire seulement. A partir du moment ou les populations immigrées ont obtenu pacifiquement la légalisation de leurs installations dans un pays ou une nation quelconque, elles ne peuvent donc pas être assimilée à des forces militaires d'occupation.
Suivez la flèche

Islamisation et déclin de la FRANCE
Interview d'un officier de renseignement d'un pays étranger:

lire l'article
lien.jpg



L'Europe a atteint un sommet unique de paix et de prospérité et, simultanément, un degré inégalé d'incapacité à subsister. Un démographe, Wolfgang Lutz, relève qu'«il ne s'est jamais produit d'inertie démographique négative à grande échelle dans l'histoire de l'humanité jusqu'à présent». Est-il inévitable que la société la plus brillante soit également la première à risquer de s'effondrer par manque d'aplomb culturel et de progéniture? Ironiquement, le fait de créer un endroit extrêmement agréable à vivre semble constituer aussi une recette de suicide. La Comédie humaine se poursuit.
Visiter son site

OUVRAGES IMPORTANTS


Plus de détails

 

COMMENT RÉSORBER LE CHÔMAGE

 

Tout ce que nous écrivons ne procède en aucun cas d'une idéologie politique. C'est au contraire le fruit d'une dialectique articulée autour du bon sens et de la logique rationnelle. De ce fait il nous apparait que nos propositions pouraient être étudiées par un large public.

A bien y réfléchir, la situation est catastrophique. C'est un euphémisme que de l'énnnoncer. Parce que les perspectives ne sont guère rassurantes. Le libéralisme est en crise sytèmique qui risque de durer très longtemps. En fait les experts économiques qui prédisent une reprise économique pratiquent la méthode Coué.

En fait la situation est claire et nette:

  • D'un coté il y a les vieux pays industrialisés dont le niveau de vie très élévé indique en réalité un niveau d'équipement des foyers et donc un haut niveau de maturité des marchés.
  • De l'autre coté existent les pays en voie d'industrialisation en plein essor dont le niveau de croissance est à l'aune des espoirs de consommation des populations qui aspirent au même niveau de vie que le notre.

La France doit être considérée comme un pays industrialisé très âgé qui a atteint les limites supérieures des niveaux de vie et de protections sociales. Son économie dépend exclusivement de sa capacité d'exportation vers des pays en voie d'industrialisation. C'est alors que les entreprises françaises se heurtent au mur très solide de la concurrence sévère et non faussée voulue par l'Europe, entre les pays industrialisés pour s'emparer des marchés extérieurs et exporter leurs productions s'ils veulent maintenir à la fois un niveau de croissance suffisante et une balance commerciale exédentaire.

c'est pourquoi, très tôt, nous avons développé sur ce site le concept d'Économie mixte et marchés autonomes (EMMA) basé sur le développement de deux secteurs industriels: l'un privé soumis au règles du capitalisme industriel et non spéculatif, l'autre public par des entreprises d'État. Il existe de nombreuses pages rédigées sur ce thème dans notre site

Un concept élaboré alors que la croissance présentait quelques essoufflements et d'autant plus valide de nos jours avec la crise économique sévère que subit les pays occidentaux.

Le secteur industriel privé est malmené à la fois par une flambée des prix sur les matières premières et une forte hausse de la spéculations sur les actions des entreprises grâce à la dérèglementation du capitalisme instauré par Pierre Bérégovoy en 1986 en autorisant les fonds spéculatifs à entrer dans les capitaux des entreprises.

Alors que seul le secteur public pourra résister au délitement des sites de production et aux délocalisations puisque les entreprises publiques sont à l'abri des spéculations sur les actions et ne sont pas prisonnières des redistribution de dividendes envers des actionnaires avides. L'État étant le seul actionnaire, les bénéfices peuvent être redéployés pour financer les recherches et les investissement de modernisation. Mais surtout, et c'est pour cela que l'oligarchie financière internationale s'est empressée de provoquer le démantèlement des États par le biais d'une propagande au service d'une classe politique seulement soucieuse de ses ambitions presonnelles et non des intérêts publics. C'est une thèse que nous avons également largement développée sur notre site.

Nous avons conscience que nos propositions se rapprochent beaucoup du socialisme ou du communisme d'autrefois. Une hypothèse développée par le philosophe Alain Badiou que nous avons rejeté car il nous parait impossible de revenir en arrière et de ne pas tenir compte des nos erreurs. Le communisme a fait son temps. Le libéralisme est en cours de terminer le sien. C'est donc à cette différence près que nous préconisons le développement de l'économie mixte dans ceci que seules les entreprises exerçant leur activités dans des secteurs fragiles et dont la pérennité est menacée seront intégrées dans le secteur public. Marine Le Pen emploie le terme "francisation" et nous nationalisation. Mais le but recherché est le même, sauver les emplois industriels en France.

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que l'économie mixte laissera toujours large place aux initiatives privées et que le capitalisme industriel peut continuer à se développer dans des secteurs innovants (des niches) où la concurrence n'est pas encore développée.

L'Emploi Public:

Ce que nous proposons donc exigera un changement des mentalités. Mais notre thèse sera soutenue par les fait qui vont bientôt survenir. L'augmentation des prix des matières premières en rognant sur les bénéfices qui risquent de disparaître, les chefs d'entreprise dont les sites de production sont encore établis sur le territoire français risquent de lorgner vers d'autres pays socialement plus avantageux pour leurs petites affaires et le gouvernement français sera amené à prendre des mesures conservatiores comme les nationalisations des biens des entreprises qui envisagent des licenciement massifs pour sortir du sol français.

Dans cette période électorale, les candidats qui se démarqueront seront ceux qui auront compris les réles enjeux d'une économie mixte en restaurant un haut niveau d'embauches grâce aux entreprises publiques. Il ne semble pas que cette prise de conscience des intérêts collectifs puisse germenr au sein des partis politiques qui ont signé le Traité européen de Lisbonne. Car, hélas, l'Europe ultra libérale qui a été construite s'oppose à toute intervention de l'État dans les activités économiques.